Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 23:58

 

« En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l'homme soit ressuscité d'entre les morts. » »

 

C’est à la lumière de la Résurrection que nous devons accueillir ce récit de la transfiguration. A la lumière du Christ ressuscité dont Paul nous dit : « Et maintenant elle [la grâce] est devenue visible à nos yeux, car notre Sauveur, le Christ Jésus, s'est manifesté en détruisant la mort, et en faisant resplendir la vie et l'immortalité par l'annonce de l'Évangile. » Mais quelle est-elle donc cette Bonne Nouvelle ? Paul nous le dit : c’est le salut et notre vocation, c’est-à-dire l’appel que Dieu nous adresse personnellement pour que nous nous mettions en route selon sa Parole. « Car Dieu nous a sauvés, et il nous a donné une vocation sainte, non pas à cause de nos propres actes, mais à cause de son projet à lui et de sa grâce. Cette grâce nous avait été donnée dans le Christ Jésus avant tous les siècles. »

 

Cette vocation, cet appel, c’est déjà celui qu’avait reçu Abraham. « Pars de ton pays, laisse ta famille et la maison de ton père, va dans le pays que je te montrerai.
Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai grand ton nom, et tu deviendras une bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront, je maudirai celui qui te méprisera. En toi seront bénies toutes les familles de la terre.
» Un appel à se mettre en route qui nous place personnellement dans une relation avec Dieu, mais qui nous place également dans une solidarité avec tous nos frères et sœurs appelés à être la grande nation de Dieu.

 

A la lumière de la Résurrection, le Fils de Dieu, celui en qui le Père à mis tout son amour, nous invite à relire toute l’histoire du peuple de Dieu, celle d’Abraham, celle de l’Alliance, celle des prophètes pour découvrir qu’en lui tout est accomplit. Tels les pèlerins d’Emmaüs, nous sommes invités à relire les Ecritures et à découvrir dans le mystère pascal que Dieu tient ses promesses.

 

Mais la vision que Jésus donne ici à voir aux trois disciples (qui l’accompagneront également dans les dernières heures qui précèderont sa Passion) n’est pas simplement un cours sur l’accomplissement final des promesses de Dieu. C’est également un rappel que l’histoire du salut passe par des relations intimes entre Dieu et des personnes qui ont accepté, non sans difficultés (Moïse et Elie ont été jusqu’à demander la mort à Dieu tellement leur fardeau leur semblait lourd), de se mettre en marche sur la Parole de Dieu, de devenir des intimes de Dieu.

 

Certes Jésus reste seul à la fin de la vision pour montrer qu’il récapitule à lui seul la loi (que représente Moïse) et les prophètes (que représente Elie), mais cette théophanie qui nous rappelle les théophanies de l’Exode met en lumière également l’étonnante proximité que Dieu accorde à ces deux hommes qui conversent avec lui dans l’intimité de sa gloire. Moïse, dans la faille de son rocher, et Elie, dans sa grotte, avaient eu une expérience intime de Dieu et de sa gloire.

 

Sur la montagne où Jésus les a emmené avec lui, les trois apôtres font à leur tour cette expérience « mystique » de Dieu. Hommes choisis par Dieu, hommes qui ont accepté de se mettre en route sur la Parole de Jésus, ils sont invités à découvrir que l’intimité de Dieu  est la source de la vie, la nourriture qui les fait vivre, la force qui leur permettra de prendre leur part de souffrance pour l'annonce de l'Évangile.

 

Cette intimité, le Christ la propose à chacun d’entre nous qui avons été baptisé dans sa gloire, dans sa mort et sa résurrection. Cette intimité, nous sommes appelés à l’offrir à tous les hommes et toutes les femmes selon la mission que le Christ a confié à ses disciples au lendemain de sa résurrection : « Allez dans le monde entier, proclamez l’Evangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui ne croira pas sera condamné. » (Mc 16, 15-16). C’est en Christ que nous devenons frères et sœurs et il n’y a pas d’intimité avec Dieu sans solidarité avec les hommes et les femmes pour qui le Fils bien aimé a donné sa vie.

 

En ce temps de Carême, je vous souhaite d’entrer dans cette intimité de Dieu et de la vivre pleinement dans l’annonce de l’Evangile.

Partager cet article

Repost 0
Published by Berulle - dans Spiritualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.