Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 16:58

 

 

« Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. » ». La question de ceux qui méritent le salut et de ceux qui ne le méritent pas traverse les évangiles. Dans l’histoire de Zachée, le chef des collecteurs d’impôts, elle est présente et fait scandale. Jésus y répond à sa manière en entrant avec joie dans la demeure de Zachée et en déclarant « Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham.
En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu.
»

 

La célèbre fresque de l’entrée de Jésus dans Jérusalem par Giotto développe cette réponse d’une manière remarquable.

 

Giotto_EntreeJerusalem.JPG

 

Dès les premiers siècles, les sculpteurs télescopent la scène de l’entrée dans Jericho et celle de l’entrée dans Jérusalem. La similitude formelle, un arbre et les portes d’une ville, en est sûrement à l’origine. La présence, dans un récit apocryphe, de Zachée dans la foule montée dans les arbres pour accueillir Jésus dans Jérusalem, peut-être également. Il n’est donc pas rare de trouver dans les icônes ou les peintures un homme ou des hommes dans les palmiers de la scène de Jérusalem. Parfois la solitude de l’homme, comme pou cette icône, nous fait penser à Zachée, parfois au contraire, leur nombre, comme chez Duccio, à la cueillette des palmes qui serviront à acclamer le Seigneur.

 

icone-entree-du-christ-a-jerusalem 1 53 EntreeJerusalem Duccio

 

Mais Giotto va bien plus loin à mon sens. Il distingue deux arbres. Dans le premier sur la gauche, un homme est peint de dos. Dans le second sur la droite, il est peint de face et regarde Jésus. Dans cette scène aucun des deux personnages n’est lié à une quelconque cueillette des palmes. Au contraire, les deux sont dans un espace bien défini du tableau, l’arrière plan, comme séparés de la scène principale. Un espace entre terre et ciel, celui de l’intimité du choix. A droite et à gauche, ils encadrent le Christ qui va rentrer dans Jérusalem et bénit la foule.

 

   dedos_Giotto.JPG   deface_Giotto.JPG

 

S’il est évident que le personnage de droite fait référence à Zachée, il me paraît également  très vraisemblable que l’ensemble des deux personnages préfigure les deux larrons encadrant le Christ crucifié, l’homme de droite étant tout autant Zachée que le bon larron. Et l’image est d’autant plus savoureuse que le Golgotha est, comme les scènes de Jericho et de Jérusalem, l’entrée du Christ dans une ville, la Jérusalem céleste. Cette œuvre de Giotto fait alors résonner en nous le parallèle entre la phrase de Jésus à Zachée « Aujourd’hui, le Salut est arrivé pour cette maison » et celle de Jésus au bon larron « Amen, je te le déclare : aujourd'hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »

 

Elle nous permet de répondre à la question posée par les récriminations des détracteurs de Jésus. La division entre les hommes ne se fait pas entre purs et impurs, entre ceux qui méritent d’être visités par le Christ et ceux qui ne le méritent pas. Nous sommes tous pécheurs, à l’image de Zachée et des deux larrons crucifiés de chaque côté de Jésus. Et si division il doit y avoir, elle se fait entre ceux qui le regardent et l’accueillent et ceux qui lui tournent le dos.

Partager cet article

Repost 0
Published by Berulle - dans Spiritualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.