Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 10:00
Aujourd’hui est paru le dernier Pietro de Paoli, Dans la peau d’un évêque. Après lecture, une chose est certaine, on ne souhaiterait pas y être.

Le constat est sévère mais juste. Marc (l’évêque), comme ses confrères, n’a pas la tâche facile. Il souffre de la solitude d’un pouvoir sans puissance et sans grandes marges de manœuvre, des freins financiers et politiques, mais surtout de l’appauvrissement réel d’ouvriers prêts à œuvrer pour la vigne du Seigneur. Il souffre également d’un problème de santé qui lui fait entendre de manière plus forte l’urgence du faire.

 

Car la question centrale de ce roman est bien « quoi faire ? ». Evidemment, j’entends déjà tous ceux qui, blottis dans la chaleur de groupes ou de paroisses qui fonctionnent bien,  trouveront que tout va au mieux  et qui ne comprendront pas pourquoi il faudrait faire quelque chose. Pourtant, la première qualité de ce livre est d’être un roman sans romance, les faits racontés, quoi que fictifs, sont au plus proche de la réalité. Peut-être trop proches pour la dernière partie qui relate la triple crise de l’année dernière (Intégristes – Recife – Préservatifs en Afrique), 45 pages un peu plaquées qui font « passage obligé » mais qui auront le mérite de dater ce livre et la possible émergence d’une « opinion publique » dans l’Eglise.

 

L’attrait du livre, comme pour les deux derniers Pietro de Paoli, est plutôt dans la consistance des personnages, auxquels chaque lecteur pourra sûrement accoler un ou plusieurs noms tant ils nous sont proches. Dans la rugosité de vies concrètes, dans les joies de l’amitié, de la musique et des nourritures, dans les incompréhensions, la colère et les coups de fatigue, dans les espoirs et les tentatives laissées en suspens, c’est la vie réelle d’une Eglise incarnée, d’hommes et de femmes qui tentent de s’arracher au néant pour se laisser emplir du sens de Dieu, pour remettre librement Dieu à l’origine de leur vie et de leurs désirs. Et si le « héros » du roman se jette à genoux devant son Seigneur pour qu’Il l’aide à répondre à la question « Qu’as-tu fait de (ou pour) mon Eglise ? », on se sent soi-même contaminé par ce besoin de prier pour tous les évêques qui portent ce poids radical, celui du sentiment de responsabilité face à Celui auquel ils ont lié leur vie.

 

Dans ce roman, il n’y a pas de grandes théories visionnaires ou de recettes miracle, ni chez Marc, ni chez l’auteur, simplement un désir d’agir et une confiance en l’Eglise qui depuis les premiers apôtres a su laisser éclore en son sein des initiatives nouvelles pour annoncer le Christ au monde. A lire trop rapidement, on pourra croire que Dans la peau d’un évêque témoigne simplement de l’anémie de l’Eglise, il montre, je crois, au contraire que tous les éléments sont présents pour que l’Espérance renaisse, une espérance fondée sur la certitude de Marc, celle que jamais le Christ ne lâchera un monde qu’il est venu sauver.

 

A nous de jouer !


 

Dans la peau d'un évêque, Pietro de Paoli (Plon)

Partager cet article

Repost 0
Published by berulle - dans Livres
commenter cet article

commentaires

baby shower games 19/08/2014 13:34

I heard about the novel “The Skin of a Bishop” by Pietro Paoli. It was convincing to read that the review report about the novel was fair and good. I loved the way Pietro Paoli placed the characters in the novel and after reading this article I feel excited to read the book.

Bourcier Sylvie 18/06/2010 15:09



" A nous de jouer " ....


Non, tous ne peuvent pas jouer, nous sommes muselés, interdits de paroles et d'actions dans une Eglise qui ne veut rien entendre, dans une Eglise qui continue son chemin sans tenir compte du
Christ lorsqu'il se manifeste de façon précise au monde d'aujourd'hui. Vous, les évêques, avez rejeté Jésus Christ dans l'annonce de son Glorieux Retour à Dozulé en France. Vous méprisez les
témoins que Dieu envoie dans le monde d'aujourd'hui. Vous considérez comme folie la demande du Christ de faire construire par l'Eglise une croix de 738 m de haut à Dozulé, vous ne comprenez pas
la pensée du Christ lorsqu'Il demande la construction de Cette Croix qui est le SIGNE de SA VICTOIRE sur ce monde, le SIGNE DE SON SECOND AVENEMENT DANS LA GLOIRE.   VOUS ne
comprenez pas que cette CROIX  aurait eu le pouvoir de faire reculer les puissances du mal sur la Terre . Vous ne comprenez pas que la première Apparition vue par Madeleine Aumont
à Dozulé le 28 mars 1972 de la Croix Glorieuse correspond au passage de l'évangile dans St Matthieu ch 24 verset 27  : " Comme l'éclair, en effet, part du levant et brille jusqu'au couchant
ainsi en sera-t-il de l'Avènement du Fils de l'Homme."


Je demande à l'Eglise la réouverture de la commission d'enquête canonique à propos des Apparitions et du Message du Christ à Dozulé. La première enquête a totalement été bâclée car le témoin
principal ( Madeleine Aumont ) n'a jamais été entendu par cette commission ni les témoins qui se trouvaient dans la chapelle à Dozulé au moment des Apparitions. Je m'excuse de dire ça , mais il
faut vraiment être aveugle pour ne pas reconnaître Le Christ à Dozulé...


Evidemment, je me doute que ce commentaire ne va pas être publié mais il s'adresse à l'évêque, vous êtes bien évêque donc avec un certain pouvoir au sein de l'Eglise , ça devient incompréhensible
ce rejet par l'Eglise du Christ à Dozulé.


( voir mon témoignage dans le journal Québec presse à la rubrique spiritualité, article daté du 13 mars 2010 : Dozulé, la croix glorieuse etc..)


Extraits du Message du Christ à Dozulé :


21 ème Apparition :...Si l'homme n'élève pas la Croix Je la ferai apparaître mais il n'y aura plus de temps.


33 ème Apparition : ... Je vous le dis, cette jeune génération ne passera pas avant que cela n'arrive. Mais ne craignez rien, car voici que s'élève dans le ciel le SIGNE DU FILS DE L'HOMME que
Madeleine a vu briller de l'Orient à l'Occident. Vous, Chef des Eglises, en vérité Je vous le dis, c'est par cette Croix dressée sur le monde que les nations seront sauvées.


36 ème Apparition :  ... " Dieu a parlé aux hommes. Que ceux qui ont la charge du Message entendent Sa Voix. A cause de leur manque de foi, le monde entier connaîtra de grandes catastrophes,
qui bouleverseront les quatre coins de la Terre. Ce que vous vivez en ce moment n'est que le commencement des douleurs. L'humanité ne trouvera pas la Paix, tant qu'elle ne connaîtra pas Mon
Message, et ne le mettra en pratique. "


Vous êtes mon dernier espoir de pouvoir faire quelque chose en ce qui concerne Le Christ à Dozulé auprès de vos confrères. Je vous remercie de votre attention


Sylvie Bourcier



Pietro De Paoli 09/10/2009 01:04


Eminence,

C'est un honneur d'être aussi aimablement lu et commenté. je suis spécialement heureux de votre conclusion. Puisse ce petit livre incliner les lecteurs à la bienveillance et à la prière pour leur
évêque.
Très fraternellement
Pietro 


Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.