Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 15:00

 

L’Evangile ne nous dit rien de la parole de salutation que Marie a adressée à Elisabeth. Ce n’est pas la parole de Marie qui importe, ce n’est même pas ce qu’a entendu Elisabeth, c’est ce qu’a ressenti l’enfant qu’elle porte, Jean, le futur Jean-Baptiste. Il a tressailli d’allégresse. Certes Elisabeth répond à Marie et la déclare bénie mais elle déclare béni également l’enfant qu’elle porte, c’est la venue de la mère de son Seigneur qui l’emplit de bonheur, tout comme c’est l’acceptation du don de Dieu qui fait de Marie une bienheureuse. Les gestes et les paroles des deux femmes révèlent ce qu’elles portent et qui est encore caché : ce don extraordinaire de Dieu qui vient visiter les hommes, cette joie des hommes qui accueillent leur Dieu.

 

 Champaigne_visitation.jpg

 

La visitation de Philipe de Champaigne, conservée au Musée de Genève, exprime à merveille cette scène. Ce petit format reprend la grande œuvre qu’il avait peinte pour la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon et la simplifie encore. Les deux femmes s’embrassent dans un baiser de paix, la main de Marie venant désigner le geste central d’Elisabeth qui tend sa main vers le ventre de sa cousine. De son côté Zacharie, répondant au questionnement du jeune homme qui nous représente tend son doigt vers ce geste éclairé par le puissant rayon lumineux manifestant la grâce divine.

 

Il est là le cœur de l’allégresse des hommes, dans le ventre de Marie. Dieu qui se fait corps comme nous le rappelle la lettre aux Hébreux citant dans la bouche du Christ les paroles du psaume. Dans le triangle formé par les deux femmes, un vide silencieux se manifeste, un vide éclairé mais qui pourrait retomber dans l’obscurité si nous ne choisissions nous-mêmes d’y laisser briller la lumière joyeuse de la foi.

 

Ce tableau silencieux et retenu, emprunt de la spiritualité cartusienne des fils de Saint Bruno, s’intéresse moins à raconter la scène qu’à en exprimer le sens. Il s’agit moins ici de réfléchir, que d’accueillir, dans le silence et la solitude. Même si cette solitude nous est offerte dans la contemplation d’un paysage architecturé où les hommes et les femmes ne sont pas absents, dans une culture humaniste chère à Erasme où notre propre découverte passe par une lecture et une appropriation de l’image et du monde.

 

En ce dernier dimanche de l’Avent, c’est dans la solitude de notre conscience et de notre volonté que nous avons à décider si nous reconnaîtrons dans le frémissement silencieux de la naissance qui vient celui qui est la Paix et dont la puissance, souvent invisible, doit s’étendre jusqu’aux extrémités de la terre (Michée 5, 4). Irons-nous à sa rencontre et reprendrons-nous ses paroles « Me voici mon Dieu, je suis venu pour faire ta volonté. » ? Tressaillerons-nous d’allégresse ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Berulle - dans Spiritualité
commenter cet article

commentaires

petronille 20/12/2009 17:09


Comme dit Papa, qui s'y connait , dans la presse aujourd'hui,  tout ceci ne ferait même pas un entrefilet , même dans la Dépêche !
Pétronille


Berulle 20/12/2009 17:55


Je suis bien d'accord avec votre père, chère patronne de la France, cette venue comme la visitation n'est pas un phénomène de société. Seulement un ensemble de tête à tête entre Dieu et chacun
d'entre nous et je l'espère un élan toujours renouvelé pour le peuple que nous constituons déjà d'habiter ce monde à la manière dont nous vivrons demain dans la Jerusalem céleste.


Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.