Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 19:17

 

Le 1er février 2010 au bout d’un clic de souris d’un élève de Saint Erembert,… Dakar ! Le TD simultané entre une classe de Saint Erembert et une autre du lycée Saint Monfort de Dakar pouvait commencer. Quelques semaines plus tard, pour tester la pédagogie d’enseignement de l’anglais par un partenaire étatsunien potentiel, au bout d’un autre clic de souris… la côte est des Etats-Unis…

A l’heure d’Internet, de Skype et autres Messenger, ces initiatives peuvent paraître banales. Il semble d’ailleurs que ce soit le cas pour les élèves. Le fait que l’interlocuteur se trouve à des milliers de kilomètres n’étonne plus ; qu’il s’inscrit dans une autre réalité culturelle, une autre religion, une autre représentation du monde n’est pas pris en compte. Seul indice d’une différence : l’âge a été l’objet d’un étonnement. L’interlocuteur de l’élève de St Érembert lui-même âgé de 16 ans, en a 23…

Et pourtant, envisagées sous l’angle de la tension entre le local et le global, ces initiatives introduisent dans la salle de classe un défi éducatif majeur pour la société d’aujourd’hui et de demain, pour le monde économique chaque jour plus interdépendant : le défi de l’éducation à la rencontre interculturelle dans des sociétés devenues multiculturelles.

Au slogan du « village planétaire », aux revendications d’être « citoyens du monde » a succédé l’humble expérience des remises en question produites par la compression du temps et de l’espace qui caractérise le vivre ensemble aujourd’hui. Car derrière l’universalité du moule technologique et de la consommation de masse, émergent de nouvelles lignes de tensions entre les êtres humains, indices de crispations culturelles, religieuses, confessionnelles, nationalistes, autrement dit identitaires. Ces crispations sont le signe des bouleversements en cours devant lesquels nous ne savons pas encore véritablement nous situer, ni nous projeter dans un espace et un avenir communs. Dans ces conditions où les termes de l’équation du vivre ensemble sont en cours de réélaboration, comment éduquer des êtres libres et responsables ?

A différentes époques de la tradition éducative de l’Oratoire, des oratoriens, comme d’autres, ont relevé les défis de leur époque pour tenir ensemble intelligence du monde et intelligence de la foi. Non pas l’une contre l’autre en cédant à la tentation d’une démarche identitaire confinée dans la sécurité illusoire d’un ghetto. Non pas l’un dans l’autre en cédant à l’illusion de croire l’homme indépendant des médiations du langage, de la culture, des rites à travers lesquels il s’exprime et entre en relation. Mais l’un avec l’autre : C’est le père Lamy qui enseigne Descartes au moment où certaines lectures du concile de Trente  (1545-1563) voudraient se contenter d’une réaffirmation du dogme. C’est le père Gratry au XIX°s qui met en place des ateliers d’apologétique pour explorer une approche rationnelle de la connaissance de Dieu. C’est le père Laberthonière qui défend une liberté de l’homme menacée par le positivisme scientifique et l’illusion d’un enseignement neutre. C’est, plus près de nous, le père Dabosville qui invite « l’autorité dans l’Église à retrouver le sens de la liberté. Il nous faut renoncer à ce qui n’est même plus une orthodoxie, mais à ce qui est devenue une orthologie soupçonneuse : dire ce qu’il faut dire, ne pas se risquer à penser, c’est une règle trop commune. »

À l’heure de la compression de l’espace, prendre en charge les questions posées par le clic d’une souris qui établit une connexion avec Dakar, est une nécessité pour une école qui s’inscrit dans la tradition oratorienne d’éducation à une liberté responsable. Comment les élèves sont-ils invités à prendre la mesure des spécificités culturelles de leurs interlocuteurs, à commencer par la diversité des parcours des personnes qu’ils côtoient dans l’établissement ? Comment sont-ils invités à relever le défi de la rencontre entre les croyants dans des sociétés devenues multireligieuses, mais aussi de la rencontre des croyants avec des personnes athées ou indifférentes dans des sociétés devenues pluralistes ? Autant de paramètres qui multiplient les possibilités de mettre en équation la tension entre le local et le global, tant les équations elles-mêmes varient selon que l’on se trouve à St Germain, à Los Angeles, à Singapour ou à Dakar. Comment sont-ils préparés à travailler avec des collaborateurs étrangers dans des sociétés multiculturelles ou dans des entreprises multinationales ? Ce défi éducatif n’est-il pas relevé dans la salle de classe à chaque fois qu’un enseignant accompagne un jeune qui élabore son identité dans et par le dialogue et le questionnement, davantage que lorsqu’il privilégie une pédagogie « compréhensive » qui coulerait une identité ou un savoir dans le marbre, avant de se risquer au questionnement, au dialogue et à la rencontre ?

Car finalement, le défi éducatif n’est-il pas précisément là : chercher comment mettre en œuvre une pédagogie cohérente avec la société et l’époque qui émergent sous nos yeux pour que les jeunes confiés à l’école Saint Érembert grandissent en liberté responsable ? Une tâche réflexive jamais achevée. Il en va d’ailleurs de la catholicité de l’éducation mise en œuvre dans cette école, à condition de ne pas réduire l’adjectif « catholique » au sens confessionnel d’un label ecclésial parfois véhiculé depuis le XVI° siècle, mais de retrouver le sens étymologique qui était le sien au temps des pères de l’Église. Ils rendaient raison de la pleine vérité du Christ en tant qu’elle s’accomplit en toute personne au plan universel, mais à travers la diversité indépassable des traditions locales.

L’Évangile nous indique qu’il en va et de la grandeur de Dieu et de la grandeur de l’homme, l’un et l’autre étant, selon la manière dont l’équation du vivre ensemble est élaborée, tout à la fois menacés par les réponses crispées apportées aux bouleversements en cours et dépositaires d’une promesse de paix.

 

François Picart, prêtre de l’Oratoire

Coordinateur de la pastorale de Saint-Erembert


Partager cet article

Repost 0
Published by Berulle - dans Tribunes
commenter cet article

commentaires

sycier 19/06/2010 08:38



L'inégalité règne en maître dans l'Eglise catholique, d'après ce que je viens de lire dans le premier commentaire, je suis dans la même situation que l'homme  qui est en situation de
concubinage et à qui le prêtre donne la communion alors que moi je n'y ai pas droit; il y a vraiment quelque chose qui ne va pas. sylvie bourcier



Marie-Reine Mezzarobba 29/05/2010 16:16




Un grand merci pour cette réflexion. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, cela me permet de penser différemment mon rapport avec des personnes dont l'affichage des insignes
identitaires  déclenche en moi du rejet ou de la colère. Je retiens en particulier cette phrase :


"Ces crispations sont le signe des bouleversements en cours devant lesquels nous ne savons pas encore véritablement nous situer, ni nous projeter dans un espace et un avenir communs."


Cela m'invite à la patience et à l'accueil de l'autre comme de moi-même dans les tâches de formation en théologie qui nous sont confiées en commun. Peut-être ne sommes nous pas si loin les uns
des autres que je l'imagine ? Notre responsabilité est bien la même et elle est remarquablement formulée par l'auteur de ce texte. Il nous donne une "feuille de route" tout à fait pertinente.
Merci.






 






catherine 27/05/2010 10:00



Là, Bernard, ce n'est même pas une question de "penser". C'est tout tout simplement con.


Et même du point de vue de l'orthopraxie, faux.


Pour le reste, ce que déplore François est grave, notre vieille Église a souvent été réactionnaire en apparence, mais souple et inventive en profondeur. C'est cette souplesse qu'elle a perdu.
Aujourd'hui, son gouvernement soupçonneux et paranoïaque la réduit à être une autocratie bornée. Cette état de fait est mortifère, et sans doute mortel. je ne suis pas certaine de m'en désoler.
Le christianisme n'en mourra pas et il faudra inventer une catholicité neuve. Le catholicisme, romain, autocratique, gérontocratique,clérical et exclusivement masculin que nous connaissons
deviendra un objet d'étude pour les historiens.



SEGALEN Bernard 26/05/2010 20:55



Merci pour cette petite phrase: "l nous faut renoncer à ce qui n'est même plus une orthodoxie, mais à ce qui est devenu une orthologie soupçonneuse; dire ce qu'il faut dire, ne pas se risquer à
penser, c'est une règle trop commune."


A-t-on le droit de penser quand on voit un prêtre donner la communion à un homme qui, au vu et au su de tout le monde, vit avec une compagne dont il a trois enfants jeunes, et qu'on voit le même
prêtre refuser la communion à une jeune femme qui vit, au vu et au su de tout le monde, avec un compagnon dont elle a trois enfants jeunes, mais avec lequel elle est mariée civilement, alors
qu'il est divorcé depuis des lustres...Comme disait Coluche, il y en a qui s'autorisent à penser! 



Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.