Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 19:14

 

Le 1er novembre 2010, à Nancy, l’Association Art dernier Nancy lancera son grand projet de valorisation de l’art funéraire contemporain.

Clin d’œil aux « arts premiers » dont la plupart des œuvres sont liées aux rites de passage et à la mémoire, « art dernier » est le nom que Pierre Aubert, initiateur de ce projet, a donné aux créations artistiques liées à la mort et aux funérailles. Depuis 1997 et la création de sa galerie d’art funéraire contemporain au Viaduc des arts à Paris en partenariat avec les services funéraires de la ville, le projet de Pierre Aubert s’est développé et rassemble aujourd’hui tout un collectif qui souhaite inviter créateurs, artistes et artisans (plasticiens, musiciens, paysagistes, carrossiers…) à remettre au cœur d’un des rites les plus importants de nos sociétés la création contemporaine.

Les liens entre la mort et les arts sont évidents. S’il n’est pas impossible que la mort soit même à l’origine des premières œuvres d’art, il est certain que les expressions artistiques qui nous sont parvenues des plus anciennes civilisations y sont liées. Dans le monde occidental, les exemples de sculptures funéraires d’exception mais également de pièces musicales et littéraires s’y rattachant sont nombreux. Pourtant, force est de constater qu’aujourd’hui tous nos morts, à de très rares exceptions, se voient couvrir des mêmes plaques de marbres noires ou grises. Une uniformisation de la mort qui rappellerait volontiers que face à cet événement nous sommes tous égaux mais qui vient en fait nier une des affirmations les plus puissantes des religions chrétiennes et de la culture humaniste, la singularité de chaque être humain.

On pourrait relier ce phénomène à la séparation définitive des vivants et des morts quand les cimetières ont quitté l’ombre des églises pour se retrouver le plus souvent à l’extérieur des villes et des villages dans des parcs plus ou moins paysagés et en déduire que le mort est définitivement sortie de la sphère de la vie. On pourrait également se poser la question de la muséification de certains cimetières, comme celui du Père Lachaise,  où fans et groupes de touristes visitent les tombes célèbres comme on se rend à Saint-Denis pour visiter les tombeaux des rois de France et finir par penser que l’art lui-même a perdu les liens qui l’unissaient à la vie contemporaine. Mais l’engouement pour l’art contemporain et la présence permanente de la mort dans les débats éthiques actuels balaient en partie ces objections.

Peut-être que si la création contemporaine n’investit plus nos rites funéraires c’est que nous ne savons plus enterrer nos morts ? Pour un enterrement émouvant, combien sont de longs moments pénibles ! Et en ces jours où nous allons nous recueillir sur les tombes, combien celles-ci vont nous apparaître une nouvelle fois communes ou sordides, et bien lointaines des personnalités de ceux et celles que nous viendrons visiter.

Pour l’association Art Dernier – Nancy, une des portes d’entrée de ce problème est ce que nous pouvons proposer à ceux qui souhaiteraient une offre personnalisée et artistique. Elle lance donc, par le biais de son site Internet, un appel à projet à destination de tous les créateurs pour recenser des projets de tombes, d’urnes et de cercueils, mais également de lieux architecturaux et paysagers (cimetières et jardins du souvenir), des compositions musicales, liturgiques et florales et de textes littéraires.

Une belle initiative qui nous l’espérons renouvellera le paysage funéraire, tant il est vrai comme le souligne Pierre Aubert qu’« il est incontestable qu’une sépulture « artistique » peut, pour certains, diminuer la peine générée par la disparition d’un être cher. Se recueillir devant un monument personnalisé doit faciliter le douloureux travail de deuil des familles, des proches ou des fans. Le monument artistique dépasse alors le simple fait esthétique et vient se loger dans la philosophie d’un rite funéraire revalorisé. »

 

L’association propose également un concours « grand public » d’épitaphes dont les plus belles ou les plus originales seront présentées lors du premier événement public auquel elle participera, le Salon de la mort au Carrousel du Louvre du 8 au 10 avril 2011 à Paris.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pier're Aubert 24/11/2010 14:48


Je suis aussi un co-fondateur du mouvement Art Dernier. Notre projet est de modifier certains canons de l'art funéraire contemporain. Notre actualité pour 2011 : en janvier à Urbest à Metz, en
avril au Salon de la Mort! au Louvre et le jour de la Toussaint au cimetière de Préville à Nancy. C'est grisant d'essayer de créer nouveau mouvement artistique.


bardot 01/11/2010 06:32



Je suis la maman d'un fils de 25 ans mort cette annee. J'ai reproduit sur de simple agglos tous ces graffs en noir gris et blanc (je n'ai pas osez d'autres couleurs) mais leur signification
represente bien la sensibilité et le talent de mon fils.Je suis heureuse d'avoir pu lui rendre cet honneur.



Thomas Hoarau 31/10/2010 12:08



Merci pour la parution de l'article "Art dernier...de l'art pour la mort" sur votre blog.


bonne continuation sur le net!


Thomas Hoarau, co-fondateur de Art dernier Nancy



Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.