Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 00:29

Il est paradoxal que le terme désignant la vocation à l’universel (c’est l’étymologie du mot) serve ordinairement à désigner une partie du tout. Les catholiques sont une partie des chrétiens, ceux qui sont « en communion » avec l’évêque de Rome, le pape. Les catholiques sont de religion chrétienne, comme les orthodoxes et les protestants, et de confession catholique. Il est à noter que toutes les grandes familles chrétiennes récitent de la même voix le même Credo, celui que les évêques ont mis au point au cours des Conciles de Nicée et de Constantinople au IVe siècle après Jésus-Christ. Les chrétiens sont donc unis sur l’essentiel et séparés sur les détails. Mais ces détails ont fait couler beaucoup de salive, d’encre et aussi pas mal de sang. Honte à nous !

Il est d’ailleurs à craindre, ainsi que le dit le proverbe, que ce soit le diable, bien plus que Dieu qui soit dans les détails.

Évidemment, chaque confession revendique pour son propre compte la justesse et la pureté de la doctrine, soit en remontant aux origines, comme les protestants, soit en en appelant à la Tradition, comme les catholiques.

Au fond, qu’est-ce qui distingue les catholiques des autres chrétiens ? Peut-être une formidable idée de la communion dans le temps et dans l’espace. Dans l’espace, chaque catholique est lié à son évêque et les évêques du monde entier sont liés entre eux sous la houlette du premier des évêques, celui de Rome. Dans le temps, grâce à la succession apostolique qui fait que chaque évêque a reçu l’ordination et l’imposition des mains d’un autre évêque, qui lui-même l’a reçu d’un précédent et ainsi de suite jusqu’aux apôtres de Jésus. C’est une bien jolie image que cette chaîne de mains étendues sur des successions de fronts à travers les siècles. Évidemment, la contrepartie de cette belle chose est une tendance au centralisme et à l’autoritarisme.

On peut dire rapidement qu’il n’y a guère de différences de fond entre les catholiques et les orthodoxes, mais plutôt des différences culturelles, et qu’avec les protestants, ce serait plutôt l’inverse.

Au final, le plus grave, c’est que nous supportions ces séparations. Le plus scandaleux, c’est que nous (tous les chrétiens), puissions oser trouver des raisons légitimes à ces séparations. Qui sommes-nous pour penser qu’aux yeux de Dieu, nos petits différends puissent avoir la moindre importance.

Je ne demande pas que nous soyons tous identiques, bien au contraire. Il ne faut pas à tout prix chercher le plus petit dénominateur commun qui permettrait d’afficher une union de façade. Il faut oser être frères et différents, aimer ces différences, les chérir, car « il y a beaucoup de maisons dans la maison du Père ». Bien prétentieux celui qui prétend en contrôler l’accès. Au lieu de nous draper dans nos convictions et nos certitudes, nous devrions crever de honte devant nos ridicules querelles. Quel malheur de voir des soi-disant « dialogues œcuméniques » ressembler à une discussion du conseil de sécurité de l’ONU.

Seigneur, pardonne-nous, nous sommes lamentables ! Tous !

 

Ce que dit le Magistère de l'Eglise catholique :

Compendium du Catéchisme de l’Église catholique - 162 - Comme société constituée et organisée dans le monde, l’unique Église du Christ subsiste (subsistit in) dans l’Église catholique, gouvernée par le successeur de Pierre et par les Évêques en communion avec lui. C’est seulement par elle que l’on peut atteindre la plénitude des moyens de salut, car le Seigneur a confié tous les biens de la Nouvelle Alliance au seul collège apostolique, dont la tête est Pierre.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mathilde 13/01/2010 21:51


Le commentaire d'Estelle me fait mal après la lecture des dernières lignes... j'ai pu l'entendre aussi mais nous oeuvrons au comité et à la conférence pour que les choses changent et il faut le
temps pour que les coeurs s'ouvrent et s'attendrissent. Tous les jours, il faut tout faire pour nos regards changent et que nous n'ayons pas peur de nous aimer malgré nos différences et que
nous sachions rendre grâce plutot pour cet enrichissement mutuel.


Estelle 13/01/2010 15:37


Juste des anecdotes qui font terriblement mal. je pensais aussi que ces querelles étaient ridicules, stériles et en tout cas pas chrétiennes du tout. Au Comité de la Jupe puis à la Conférence
Catholique des Baptisés de France, si vous saviez à quel point on peut se faire insulter de "protestant" avec une hargne derrière que je ne pensais pas si vive. Ca fait mal, ça fait très mal. Je ne
pensais pas que certains catholiques pouvaient encore condamner avec autant de haine, ceux qu'ils considèrent comme des séparateurs. C'est effroyable. Et ça montre aussi le travail énorme à
accomplir pour que nous soyons tous, effectivement, chrétiens.


thierry 11/01/2010 12:48


Trés beau texte, merci. En effet, Dieu aime tous ses enfants et nous aime avec nos diférences. Quelle médiocrité de penser que le Père a un chouchou et quelle prétention de penser déterminer qui
est ce chouchou. Arrètons de projeter sur Dieu nos propres limites humaines. Dieu n'est pas Zeus... il est bien au-delà de nos représentations et beaucoup plus grand que notre coeur.


xénia 11/01/2010 09:57


Pour ma part, il me parait évident qu'au-delà de toute forme "sensible", il existe de fait déjà une unité des chrétiens dans la prière, la spiritualité et la charité. Nous travaillons ensemble à
des "causes communes" : lutte pour que l'on respecte la dignité de l'être humain, etc. Pour la prière, nous a"récitons" le même credo, le Notre Père aussi. Recherche l'unité par la théologie, cela
est sans doute nécessaire, mais cela nous montre à quel point nous nous sommes endurcis et voulons rester sur nos positions, nos certitides : je partage avec vous la sensation que c'est lamentable.
Un Filioque qui nous divise depuis des siècles, il y a vraiment de quoi pleurer... Que faire sinon continuer à prier et surtout s'employer à vivre ensemble, chrétiens, en étant attentifs les uns
aux autres, dans une charitable fraternité qui en dit plus que de longs discours théologiques ?


Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.