Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 11:37

 

L’épisode de la femme adultère est peut-être l’un des passages les plus connus de l’Evangile de Jean. Aussi connu que sa blague dérivée où Marie, qui n’a jamais péché,  jette une pierre sur la pauvre femme au grand dam de son fils. Si les exégètes se questionnent sur l’inclusion de cette péricope dans l’Evangile de Jean, une chose est certaine c’est qu’elle est placée au cœur du passage de cet évangile où entre Jésus et les défenseurs de la Loi et de la religion rien ne va plus ; au cœur du passage de cet évangile où la mort de Jésus se programme, où la tension est telle qu’à chaque instant c’est lui qui risque la lapidation.

 

Ils sont tous partis les vociférants, les tenants d’une application stricte de la Loi (qui, soit dit en passant, n’ont pas amené à Jésus l’homme adultère qu’ils ont dû surprendre avec la femme), ces récriminants qui se considéraient comme des justes et qui ont reconnu qu’eux aussi étaient des hommes et des femmes pécheurs. Ils sont tous partis et ont laissé cette femme, soumise à l’opprobre public, seule avec Jésus. Entre la reconnaissance de sa faute et la compassion il y a visiblement une marche difficile à monter.

 

Pourtant, cette Loi, ils le savent, le peuple de Dieu n’a cessé de la transgresser. Et toujours Dieu est revenu à eux par amour, pour les remettre sur le chemin de l’Alliance. Dieu qui non seulement pardonne mais dit à son peuple : « Ne vous souvenez plus d’autrefois, ne songez plus au passé. Voici que je fais un monde nouveau : il germe déjà, ne le voyez vous pas ? » (Is 43, 18-19). Pas de condamnation définitive dans le plan de Dieu, mais une restauration de  l’Alliance, une remise en marche de son peuple afin que se réalise son souhait « Ce peuple que j’ai formé pour moi dira ma louange » (Is 43, 21).

 

Comme il est triste de constater aujourd’hui encore que nous sommes tentés d’être comme ces faiseurs de l’Evangile, qu’au nom de la sainteté de l’Eglise nous soyons prêts, comme Marie dans la blague, à jeter la première pierre. Comme il est triste de constater, quand nous acceptons de ne pas jeter la pierre, de nous voir laisser les personnes dont nous condamnons la conduite seule avec Jésus, alors que nous devrions avoir les mêmes paroles que lui « Moi non plus je ne te condamne pas, va et désormais ne pèche plus ». Comme il est triste d’en arriver à se demander par moment si nous ne serions pas tentés finalement de lapider Jésus lui-même, cet homme qui se permet de mettre l’amour de Dieu et l’amour de l’homme au dessus de la Loi, ce Dieu qui se permet de transgresser la Loi.

 

Quand arriverons-nous à briser les liens qui nous empêchent d’être pleinement en communion avec Dieu, de vivre de cet amour surabondant que l’accueil du pécheur ne peut que renforcer ? Quand cesserons nous de condamner pour bénir ? Quand cesserons nous d’exclure nos contemporains pour les accueillir et les remettre en marche vers un Dieu qui appelle toutes les femmes et tous les hommes ? Quand entendrons nous cette affirmation de la première lettre de Saint Jean  (4,20) « Si quelqu'un dit: J'aime Dieu, et qu'il haïsse son frère, c'est un menteur; car celui qui n'aime pas son frère qu'il voit, comment peut-il aimer Dieu qu'il ne voit pas? »

 

Quelques versets plus tard, dans l’Evangile de Jean, Jésus déclare : « Oui, moi, je me rends témoignage à moi-même, et pourtant c'est un vrai témoignage, car je sais d'où je suis venu, et où je m'en vais ; mais vous, vous ne savez ni d'où je viens, ni où je m'en vais. Vous, vous jugez de façon purement humaine. Moi, je ne juge personne. Et, s'il m'arrive de juger, mon jugement est vrai parce que je ne suis pas seul : j'ai avec moi le Père, qui m'a envoyé. » (8, 14-16)

Ne soyons pas plus présomptueux que saint Paul ! Nous n’avons pas encore atteint cette pleine communion avec Dieu qui nous permettra de juger dans la Vérité. Alors reprenons, comme lui, notre course en essayant d’être le plus nombreux possible à arriver à son terme : « Certes, je ne suis pas encore arrivé, je ne suis pas encore au bout, mais je poursuis ma course pour saisir tout cela, comme j'ai moi-même été saisi par le Christ Jésus. Frères, je ne pense pas l'avoir déjà saisi. Une seule chose compte : oubliant ce qui est en arrière, et lancé vers l'avant, je cours vers le but pour remporter le prix auquel Dieu nous appelle là-haut dans le Christ Jésus. Nous tous qui sommes adultes dans la foi, nous devons tendre dans cette direction ; et, si vous tendez dans une autre direction, Dieu vous révélera le vrai but. » (Ph 3, 12-15)

Partager cet article

Repost 0
Published by Berulle - dans Spiritualité
commenter cet article

commentaires

RAY 21/03/2010 15:28


  Bonjour,

     Encore Merci de tout coeur pour vos Méditations qi font tant de bien: ceque je retiens en ce Cinquiéme Dimanche de Carême c'est ce Cadeau que Dieu nous offre par Son Fils,
en sonFils....

Mais oui, " la femme adultére " c'est un peu chacun de nous...  qui peut bien vouloir lui jeter la pierre... sauf si on reste collé à la lettre de la Loi et non à l'Amour... ce que je retiens
du Christ aujourd'hui, et qui me fait pleurer de joie, de reconnaissance c'est ceci:
" Dieu, par le Christ et sous l'Action du Saint Esprit, vient tracer " en notre propre désert" son chemin, il se met à genoux devant chacun de nous pour nous relever, pour nous dire: " va et ne
péche plus"... Dieu vient tracer sa rtoute dans notre désert, se met à nos pieds pour nous relever, nous faireavancer"....

Mais que pouvons espérer de mieux? que voulons nous de mieux? tout l'Amour de Dieu est là, si différent de la Loi qui est importante,certes, mais qui à de sens que si l'Amour est là... mais Dieu
est DIFFERENT de tout, de tous même de nos Lois, de nos jugements etc...

Pour moi, c'est le message d'Amour que je reçois du Christ en ce jour et qui me fait vivre, me donne la paix, la joie au plus profond de mon être, de mon Âme, de mon coeur ...

     Merci encore pour vos Méditations qui font tant de bien.


Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.