Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 18:37

Dans la quête effrénée de nouveaux publics, l’événement a été utilisé par tous les lieux culturels. Les expositions temporaires dans un premier temps, puis très vite, le spectacle vivant sont ainsi venus au secours des musées et des sites patrimoniaux souhaitant accroître leur public et même des villes espérant développer leur tourisme. On ne compte plus les festivals estivaux, les concerts, soirées, ou autres manifestations. Que l’on soit à Paris ou en province, l’événementiel est devenu le lieu commun qui redessine l’offre culturelle. Même le marché de l’art ancien et contemporain connaît l’excroissance des salons et manifestations qui provoquent une guerre juridique nouvelle en concurrence déloyale comme en témoigne l’acharnement de certains syndicats à réguler les vides greniers ou la plainte l’an passé d’Art Paris devant l’installation aux portes du Grand Palais d’un autre salon d’art contemporain. Après les off des festivals, on assiste à un emballement des off des grandes foires d'art contemporain.

A Paris, la nouvelle politique culturelle est entièrement centrée sur l’événementiel, au grand désespoir des conservateurs des musées municipaux, contraints de restreindre le nombre des expositions temporaires dont la rentabilité est jugée trop incertaine. Il ne s’agit plus de créer des événements, comme la Nuit Blanche ou Paris Plage, mais de créer des lieux culturels dont la vocation et le fonctionnement sont l’événement et l’imprévu. Le 104, poumon du nouveau Paris culturel, en est (ou devrait en être) le paradigme.

On peut alors se demander si, plus que la forme événementielle, ce n’est pas la forme télévisuelle qui est en train de gagner l’ensemble de la culture. Une multiplicité de programmes différents chaque jour, dans lesquels on peut « piocher » en fonction de son emploi du temps et de ses goûts ; ce qui ne manque pas de saveur, quand on entend les critiques de certains milieux culturels sur la télévision. On remarquera d’ailleurs avec intérêt que les archives numériques, radio et télévision, disponibles sur internet et le podcasting replacent chaque élément dans une collection permanente et tendent à transformer un média au contenu éphémère en une bibliothèque au contenu permanent.

Mais ce qui est particulièrement intéressant aujourd’hui, c’est que le spectacle vivant, par essence éphémère et événementiel, est largement touché par cette fuite en avant du « one shot », de l’unique. Les grandes institutions de la danse, de la musique ou du théâtre, imaginent de créer à l’intérieur de leurs programmations, des manifestations d’un soir ou d’un jour qui viendraient apporter un souffle nouveau. Pour combler ce « défaut d’événementialité », et de la même façon que le spectacle vivant a investi des musées ou des collections privées, on commence à voir des interventions d’artistes visuels dans les spectacles vivant. Évidemment, le spectacle vivant, notamment la danse, a intégré depuis longtemps le dialogue avec les arts plastiques, dans sa scénographie et dans ses références esthétiques. Mais là, il s’agit d’autre chose ; l’imprévu doit être au rendez-vous pour déplacer le petit reste du public culturel et essayer de faire venir ces fameux et si convoités « nouveaux publics ».

Ce n’est plus seulement la notion d’événement comme temporalité éphémère qui est en jeu mais la notion d’événement comme imprévu qui est recherché. A défaut de créer une émotion, on cherche à créer de la surprise, à susciter de l’inédit, de l’imprévu.

Cette évolution culturelle, qui prétend être en adéquation avec l’attente des publics contemporains, cherche à créer artificiellement, par le moyen de l’événement et de l’imprévu, le choc artistique qui de tout temps a permis à la création et au public de se rejoindre.

Mais on ne peut s’empêcher de penser que ce choc artistique ainsi que ces nouveaux publics seront toujours, à l’image de cette culture de l’imprévu, éphémères !

Partager cet article

Repost 0
Published by berulle - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.