Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 19:14

19e dimanche du temps ordinaire

1R 19, 9a.11-13a / Rm 9, 1-5 / Mt 14, 22-33

 

Il est bien difficile de trouver des liens directs entre les différents textes de ce dimanche. Evidemment, nous connaissons le lien entre Elie à l’Horeb et la partie dédiée à Israël de l’Epitre de Paul aux Romains, l’espérance du petit reste d’Israël qui sera sauvé par la grâce de Dieu malgré l’endurcissement du peuple (Rm 11,2-4 cite 1R19, 14.18). Mais ce lien n’est pas présent dans les textes que nous lisons aujourd’hui. Et quelle résonance pourrait alors apparaître avec cet épisode de l’Evangile que nous résumons habituellement à Pierre tentant de marcher sur les eaux à la suite de Jésus ?

 

Je crois que la lecture simultanée de ces trois textes est pourtant extrêmement enrichissante car elle nous amène au cœur du questionnement de trois hommes face à leur Dieu, un questionnement douloureux issu tout à la fois d’une sublime volonté et d’un échec.

 

Elie, tout d’abord, le prophète modèle, le héraut de Dieu, le vainqueur des prêtres de Baal et de Jézabel, Elie qui parlait en direct avec son Dieu et qui tout d’un coup désespère, s’enfuit au désert, prêt à mourir. Elie qui nourrit par Dieu est mené jusqu’à l’Horeb pour rencontrer le Seigneur à la manière de Moïse. Elie pense être le dernier, avoir totalement raté sa mission, et pourtant après la tempête intérieure, le murmure d’une brise légère, la voix d’un fin silence dans laquelle il reconnaît la voix de Dieu, va venir le remettre en route sur le chemin des hommes pour continuer de servir l’alliance entre Dieu et son peuple.

 

Paul, le pourfendeur de chrétiens, le juif refusant d’accueillir la parole de Dieu, le converti du chemin de Damas (coïncidence sans incidence, c’est le même chemin que prend Elie en quittant l’Horeb) par la voix du ressuscité. La douleur incessante de Paul n’est pas une douleur théorique, c’est une douleur mélangée à une grande joie inscrite dans sa chair. Le petit reste sauvé par la grâce dont il fait partie n’est pas une simple image du salut des temps dernier. Il ressent certainement avec la même douleur que le prophète Elie la rupture de l’alliance entre le peuple élu et son Dieu. Paul veut empêcher les chrétiens de Rome, majoritairement issus du paganisme, de rompre avec Israël et de devenir la cause des divisions entre chrétiens issus ou non du judaïsme. Il leur rappelle l'importance de l'histoire du salut et son actualité et témoigne par sa propre vie de l'économie même du Salut qu'il développe dans sa lettre, dépassant ce qui paraît être un échec de l'Alliance.  Et il ne peut le faire que « dans le Christ ».

 

Pierre enfin, le disciple appelé à prendre la première place, dans un moment tout à la fois de grande frayeur et de grande intimité avec le Seigneur (qui n’est pas sans rappeler l’état intérieur d’Elie à l’Horeb) doute alors que la parole de Jésus qu’il a lui-même sollicitée le porte. La volonté de se dépasser à l’appel du Seigneur est annihilée par la peur que ce dépassement de soi engendre. Et la demande de surpassement devient une demande de salut. Pierre revivra un épisode quasi identique avec son reniement, préjugeant de la force de sa volonté et accueillant suite à son échec le salut de Jésus.

 

C’est la grâce de Dieu qui permet à Elie, Paul et Pierre de dépasser leurs peurs, leurs questionnements et ce qu’ils ressentent comme des échecs personnels ou collectifs. Et cette grâce s’incarne dans une rencontre et une voix. Une rencontre personnelle et une voix, parfois d’un fin silence, qui nous amène nous aussi à ne pas désespérer de nous-mêmes et de nos frères. Une rencontre personnelle qui nous donne la folie de nous dépasser pour celui que nous reconnaissons comme notre Seigneur et la force d’appeler sa miséricorde à la rescousse quand nous nous sentons couler sous le poids de nos échecs et de nos faiblesses. Une voix qui, tant qu’elle sera entendue par quelques-uns et annoncée au plus grand nombre, continuera de faire briller au cœur du monde l’offre se salut de Dieu.

 

 

couvElie BibliaSur Elie à l’Horeb, et sans vouloir m’auto-promouvoir, voir le dernier numéro de Biblia (juillet 2011) dont j’ai rédigé le dossier.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Berulle - dans Spiritualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.