Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 22:34

« C'était le vendredi, et déjà brillaient les lumières du sabbat. Les femmes qui accompagnaient Jésus depuis la Galilée suivirent Joseph. Elles regardèrent le tombeau pour voir comment le corps avait été placé. Puis elles s'en retournèrent et préparèrent aromates et parfums. Et, durant le sabbat, elles observèrent le repos prescrit.»

 

Ainsi s’achève la lecture de la Passion de l’Evangile selon saint Luc que nous avons entendu à la messe aujourd’hui. Le sabbat c’est le jour sanctifié par Dieu lui-même. « Au septième jour Dieu avait terminé tout l’ouvrage qu’il avait fait et le septième jour, il chôma, après tout l’ouvrage qu’il avait fait. Dieu bénit le septième jour et le sanctifia, car il avait chômé après tout son ouvrage de création. » (Gn 2, 2-3)

 

Dans notre marche vers Pâques, il y a évidemment ce passage obligé qu’est la croix, mais il y a également cette longue journée du samedi qui nous mènera à cette nuit festive d’où jaillira la lumière de la Résurrection. Une longue journée où les prêtres sont au chômage et où les tabernacles sont vides. Une longue journée où le temps s’allonge entre le désespoir de la mort et la joie du triomphe de la vie. Une longue journée où Dieu semble absent et où nous observons, comme les femmes de l’Evangile, mais bien malgré nous, le repos prescrit.

 

Le samedi saint, résonne encore à nos oreilles la dernière parole de Jésus sur la Croix dans l’Evangile de Jean : « Tout est achevé. ». Une parole de désespoir pour les spectateurs de la scène qui ne peuvent lire encore dans le sang et l’eau coulant du côté du Christ la promesse de la lumière. Mais une parole d’émerveillement pour celui qui entend dans cette phrase « Dieu avait terminé tout l’ouvrage. »

 

Car c’est bien la création toute entière qui est récapitulée et achevée par le Christ, sur la Croix. Une création rendue imparfaite par le péché des hommes, une création restaurée par le don parfait qu’il fait de lui-même. Nul doute qu’en contemplant son fils, Dieu se soit dit, comme au jour de la Création de l’homme et de la femme, que cela était très bon.

 

Cette marche vers Pâques que nous entamons aujourd’hui est certes une marche vers la victoire de la vie sur la mort, de la lumière sur les ténèbres. Mais c’est surtout pour nous une marche vers l’assurance que, dans la mort et la résurrection du Christ, une vie nouvelle nous est donnée, une vie dans une création achevée où le Salut de Dieu s’est pleinement manifesté.

Partager cet article

Repost 0
Published by Berulle - dans Spiritualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.