Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 12:37

Il reste trois semaines à ceux qui n’y seraient pas encore allés pour voir la magnifique exposition Soulages au Centre Pompidou. Créées entre 1946 et aujourd’hui, plus de cent œuvres majeures de l’artiste permettent de parcourir une création qui a toujours refusé toute référence figurative et s’est attachée au travail du noir et de la lumière. L’exposition s’attarde tout particulièrement sur la dernière partie de la création de Pierre Soulages que l’artiste définie sous le terme outrenoir.

 

Soulages


Un travail débuté en 1979 qui rompt pour l’artiste avec la conception traditionnelle de l’utilisation du reflet lumineux dans la peinture, n’en faisant plus une altération extérieure mais une partie intégrante de l’œuvre. « Outrenoir pour dire : au-delà du noir une lumière reflétée, transmutée par le noir. Outrenoir : noir qui cessant de l’être devient émetteur de clarté, de lumière secrète. Outrenoir : un autre champ mental que celui du simple noir. » C’est ainsi que Pierre Soulages définit ce travail.

 

Si cette œuvre est profondément marquante, c’est peut-être parce qu’elle manifeste un lien essentiel entre le spectateur et l’œuvre. Ce lien c’est justement la lumière, cette lumière qui tout à la fois permet de voir et vient altérer la chose vue et notre vue elle-même. Cette lumière changeante fait que notre regard comme la chose que nous regardons n’est jamais identique. L’œuvre vit par la lumière changeante qui la constitue et que le noir reflète. Mais le noir n’est pas qu’un simple réceptacle de la lumière, la manière dont il est étalé, en couches régulières ou non, plates ou épaisses, forme la lumière qu’il reçoit. Toutes les œuvres sont noires mais aucune n’est identique à l’autre et la moindre différence peut rendre des impressions totalement différentes.

 

Ce changement permanent nous renvoie à nous-mêmes et pour le chrétien est une parfaite métaphore de la vie dans l’Esprit. Un esprit vivant qui, comme la lumière, est impossible à chosifier. La conversion à laquelle Dieu nous appelle, c’est l’accueil de l’Esprit qu’il nous envoie, afin qu’avec lui nous ne fassions plus qu’un, naissant à une vie nouvelle au-delà de la simple vie. Si nous acceptons d’accueillir la lumière pour la refléter, pour la transmuter, nous cesserons d’être uniquement des hommes et des femmes, identiques dans notre nature d’être humain. Nous devenons émetteur de clarté, de lumière secrète, au regard de ceux qui nous voient vivre. A quelques jours de l’entrée en Carême, voir cette exposition et méditer sur ces œuvres peut être une réflexion salutaire sur « l’outreêtre » auquel Dieu nous appelle.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

pétronille 14/02/2010 21:12


Mon cher Bérulle. Depuis hier je cherche mon "outreêtre ".Cela me conduit à penser que ça ne peut -être que radicalement différent.  J'ai  donc le choix être un Homme nouveau, une
Femme nouvelle ou une outre neuve. outre ou ne pas outre telle est ma question .


NM 13/02/2010 14:33


Je ne suis pas un grand amateur d'art contemporain mais j'aime vraiment bien Soulages. Ces oeuvres sont très difficiles à reproduire en photo sans doute parce que ce n'est pas vraiment de la
peinture, pas uniquement, ni même principalement une image... Par certains aspects, cela me fait penser aussi à la calligraphie.


Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.