Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 00:57


Faire des sacrifices, voilà un terme qui résonne bien en période de Carême. Sauf que dans les lectures de ce deuxième dimanche de Carême, il ne s’agit pas de sacrifier le bonheur que nous pouvons avoir à manger du chocolat, respirer de la nicotine ou regarder des feuilletons peu évolués à la télévision. Non, il s’agit pour Abraham comme pour Dieu de sacrifier ce qu’ils ont de plus cher, leur fils unique.

 

Mais, si l’on y regarde de près, le parallèle entre le texte de la Genèse et celui de la Lettre aux Romains est intenable. Pas de cause commune, sauf à penser que Dieu, dans le sacrifice de son Fils, se teste lui-même, ni de réalisation commune, sauf à dire que l’intervention de l’ange est une métaphore de la mort et de la résurrection d’Isaac. Même les effets des deux sacrifices, s’ils sont bénéfiques pour l’homme, ne sont pas strictement équivalents.

 

Y a-t-il cependant des leçons à tirer de ce parallèle ? Je crois que oui.

La première est que Dieu s’applique à lui-même sans s’autoriser aucun recours l’exigence de don auquel il nous appelle. Il ne lève pas la main, n’envoie pas ses cohortes d’ange, pour délivrer son Fils sur la Croix. Dieu en Jésus-Christ vit le don jusqu’à son plus haut degré.

La seconde leçon porte sur le sacrifice consenti ; un sacrifice qui va jusqu’à la Croix. Jésus s’avance dans une parfaite adéquation entre sa volonté et la volonté de Dieu (volonté de Salut et non de mort). Même si Gethsémani nous montre à l’évidence que cette union des deux volontés ne se fait pas dans l’allégresse. Certes, ce que Jésus fait par amour, Abraham le fait par crainte, mais dans les deux cas la conséquence ultime du geste est la vie.  La vie sauvée d’Isaac est promesse de descendance nombreuse pour Abraham. La Résurrection de Jésus est promesse de vie pour la multitude. Nous découvrons que le don auquel Dieu nous appelle n’est pas vain, il permet à la vie de triompher.

En Jésus, nous apprenons que ce don n’est pas la réponse à un ordre incompréhensible mais la participation à un amour qui nous dépasse et auquel nous sommes appelés à participer.

 

Passer de la crainte de Dieu à la participation à la promesse de Dieu, c’est pour nous tout l’enjeu de ce temps de Carême. Notre conversion, dans l’apprentissage d’une vie de communion avec Jésus, fait de nous non pas des adorateurs mais des fils et des filles de Dieu. Le texte de la Transfiguration vient opportunément convertir notre regard. Devant la manifestation qu’ils voient et qu’ils entendent, les trois disciples sont emplis de frayeurs. Tandis qu’ils redescendent de la montagne, ils s’interrogent sur la parole énigmatique de Jésus à propos de sa Résurrection d’entre les morts et nous orientent déjà vers le temps de Pâques. En effet c’est bien le dimanche de Pâques, face à la Résurrection de Jésus, que nos yeux s’ouvrent pour comprendre : le projet de Dieu est un projet de vie auquel nous ne sommes pas étrangers. Ce projet de vie nous transfigure dès aujourd’hui si nous acceptons, comme Jésus,  d’accorder notre volonté à celle de Dieu. À la suite de celui dont Dieu nous dit qu’il est son Fils bien-aimé, nous pouvons entrer pleinement dans cette logique du don absolu qui fait de la vie et du bonheur de nos frères et de nos sœurs le but et la conséquence de notre propre existence.

 

Ce temps de Carême est un temps où nous devons accepter de nous laisser transfigurer dans le Christ par Dieu. Un temps où nous devons accepter non pas de sacrifier notre volonté mais au contraire de choisir que notre volonté s’associe à la volonté de Dieu. Un temps où nous devons quitter la crainte de Dieu pour entrer pleinement dans son amour. Un temps où nous ne sommes plus dans le sacrifice de ce qui nous rend heureux pour plaire à Dieu mais dans un « sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu » (Rm 12,1) de nous-mêmes, c’est à dire littéralement dans une métamorphose de nous-mêmes dans le Christ afin que nous participions, en lui, au projet et à la promesse de Dieu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Berulle - dans Spiritualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.