Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 15:07

« En vérité, je vous le dis, aucun prophète n’est bien reçu dans sa patrie. » (Lc 4, 24)

 

Ils étaient heureux des paroles de Jésus. Mais les avaient-ils entendus ? Ils avaient certainement entendu la promesse de bonheur mais avaient-ils réalisés que cette promesse s’adressait d’abord aux exclus de la société, à ceux que la vie humaine avait mis de côté, à ceux qui se sentaient privés de la vie. Au lieu de nous réjouir des signes que Dieu donne à l’humanité, nous souhaitons de signes pour nous-mêmes et nous sommes incapables de voir le plus grand signe qu’il puisse nous donner, sa présence au milieu de nous. Et nous sommes incapables de nous en émerveiller.

 

« Mais lui passant au milieu d’eux, allait son chemin… » (Lc 4, 30)

 

La promesse de Dieu ne vient pas habiter chez nous pour nous raconter de belles histoires, elle vient nous mettre en mouvement. Nous, nous souhaiterions qu’elle demeure à jamais auprès de nous. Amoureux dominateurs et égoïstes, nous voulons la garder prisonnière, fous d’amour nous serions prêts à la tuer plutôt qu’elle ne nous quitte. Fous, oui, fous que nous sommes qui souhaitons avoir prise sur Dieu lui-même ! Jésus vient nous mettre en mouvement et nous rêvons de stabilité, nous rêvons d’un bonheur bien établi dans la chaleur de Dieu.

 

« Aspirez aux dons supérieurs. Et je vais encore vous montrer une voie qui les dépasse toutes. » (1 Co 12, 31)

 

Car oui, le don de Dieu est un chemin, une voie. L’accueillir, c’est accepter de renoncer à notre immobilité confortable, c’est accepter de le suivre dans un amour en mouvement dont nous ne pouvons connaître encore la stable perfection. Tout en nous est incomplet si nous n’avons pas ce mouvement de Dieu qu’est la charité, ce don qui nous fait entrer dans la relation entre Dieu et les hommes, dans cette amitié sainte avec Dieu et avec les hommes. Tout, même la foi et l’espérance !

 

« N’aie aucune crainte en leur présence car je suis avec toi pour te délivrer » (Je 1, 8)

 

Le don de Dieu est un don à donner. C’est dans la transmission de ce don que nous serons nous-mêmes délivrés, car c’est dans la transmission de ce don que nous entrerons pleinement dans l’amitié de Dieu. La charité dont Dieu nous nourrit, nous devons en nourrir l’humanité afin que nul ne soit exclu de l’amour de Dieu. L’iconographie chrétienne nous l’enseigne en représentant la charité comme une jeune femme allaitant des enfants ou un vieillard, l’humanité naissante et l’humanité vieillissante. Il n’y a pas d’âge pour accueillir la vie de Dieu. Il n’y a pas d’âge pour transmettre la vie de Dieu, cette vie dont nous ne pouvons rêver d’être les égoïstes dépositaires. La charité c’est la vie de Dieu transmise.



Partager cet article

Repost 0
Published by Berulle - dans Spiritualité
commenter cet article

commentaires

annemarie 01/02/2010 12:50


un tres grand merci


annemarie 31/01/2010 16:05


le 3fevrier 2001 j'ai vu mamie partir dans d'atroces souffrances je l'ai accompagné
pendant 5ans jusqu'a la fin de savie,un pretre ami de ma famille ait venu lui donné1/2centimetre de l'hostie ,elle s'est apaisé,fin de vie eprouvante
le 17avril 2001 a son tour maman est partie dans le coma je l'ai accompagné
et le pretre ami est venu lui donner l'hostie et les dernier sacrement a la suite de cela grande depression,moi qui geré tout,un vide total malgre tout je  crois en DIEU
profondement mais je n'aime pas la mechanceté sous toute ces formes


Berulle 01/02/2010 00:41


Merci de votre témoignage. Accompagner la mort c'est en effet faire en sorte que la vie continue d'être présente, même si on a l'impression que c'est difficile, même si les douleurs les plus
atroces sont présentes. Je peux imaginer le vide que vous avez ressenti après cette épreuve et que vous ressentez peut-être toujours. Croire en Dieu, croire en ce don formidable de la vie de Dieu
qui nous est offerte et qui triomphe de la mort n'est certainement pas toujours facile. Pourtant, dans la foi et l'espérance, je crois  que pour votre mère et votre grand-mère le chemin de vie
que Dieu nous offre ne s'est pas arrêté avec leur mort et qu'aujourd'hui elles vivent dans l'amour de Dieu. La charité, l'amour dont vous avez fait preuve en les accompagnant, est une amitié qui
dépasse la mort. C'est une amitié qui nous fait rentrer dans la vie même de Dieu, c'est une amitié qui nous permet de ne pas désespérer de notre vie, c'est une amitié qui nous pousse à témoigner de
la vie auprès de ceux qui nous entourent. "La charité ne tient pas compte du mal" nous dit l'apôtre Paul, elle ne tient pas compte de la méchanceté sous toutes ses formes. Je prierai avec vous pour
que la charité continue de vous animer et qu'elle vous permette de retrouver le bonheur que Dieu nous promet. Et je ne serai pas seul car je suis certain que, là où elles sont, dans la vie et
l'amitié de Dieu, votre mère et votre grand mère prient également pour votre bonheur.


Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.