11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 12:02

 

 

Il y a quatre cents ans, le cardinal Pierre de Berulle fondait l’Oratoire de France. Les pères de l’Oratoire et les communautés qui les entourent fêtent ce week-end cet événement à l’église Saint-Eustache (Paris). Dans le cadre de ma formation, j’ai passé trois années à la paroisse Sainte-Thérèse à Boulogne (92) au milieu d’une communauté de l’Oratoire. C’est là que j’ai découvert leur fondateur que je n’ai plus quitté depuis ouvrant sous son patronyme le Blog de Berulle et l’Oratoire de Facebook.

 

Peut-être parce que en juillet prochain j’aurai quarante ans et que le temps prend tout à coup une tournure plus urgente, peut-être parce que ce que je perçois du monde me pousse à agir de manière plus visiblement engagée, peut-être tout simplement parce que c’est le moment et qu’on ne peut pas toujours différer les réponses aux questions que nous ressentons comme des appels…  j’ai décidé aujourd’hui de créer la Fraternité Pierre de Berulle.

 

Au fondateur de l’Oratoire, accompagnateur spirituel des carmélites, diplomate, homme politique, membre du conseil de la Reine, je dois deux choses qui fondent ce projet :

 

- Son christocentrisme. C’est-à-dire la mise au cœur de notre foi et de notre réflexion de Jésus-Christ, non pas un Jésus-Christ idéalisé, caution d’un système global, mais le Jésus des évangiles qui interroge chaque jour ce que nous croyons pour purifier notre foi et nous obliger à reprendre le chemin sur lequel il nous attend. Un Jésus qui nous amène à appeler son Père, Père, nous faisant entrer non seulement dans une relation de filiation avec le Père mais également ce qui aujourd’hui me semble très important dans une relation de fraternité avec le Fils et de ce fait même avec tous les hommes et les femmes.

 

- Sa vie dans le monde. L’amour de l’Evangile allait pour Pierre de Berulle de paire avec un engagement dans le monde. Il ne s’agissait pas pour lui de prétendre que le monde était parfait, mais que le monde était le lieu où Dieu nous attendait, nous envoyait. Là encore, je crois qu’il est urgent de combattre toute idée d’un christianisme qui viendrait en opposition au monde. Le christianisme est un mouvement d’évangélisation, non un retrait dans la pureté, c’est la reconnaissance du monde créé, donné et aimé par Dieu et non d’un monde qui ne serait qu’un terrain de jeu ou un ring où s’affronteraient le bien et le mal, un énorme plateau de jeu de Go où les blancs chercheraient à devenir majoritaires ou mieux à recouvrir l’ensemble du plateau.

 

Partant de là, la Fraternité Pierre de Berulle se veut une association privée de fidèles du Christ qui ne soit pas une association d’hommes et de femmes retirés du monde mais bien une association d’hommes et de femmes engagés dans le monde, quelque soit leur mode d’engagement. Engagés dans le monde et amoureux du monde.

 

Ce monde qui porte des valeurs évangéliques que trop souvent nous ne voulons pas voir pour ne retenir que ce qu’il laisse apparaître de mauvais. Un monde où la solidarité est portée par des associations de toutes confessions et sensibilités qui luttent contre la pauvreté, l’indignité, les manques… C’est avec ce monde que j’aime que je veux engager un vrai dialogue amical pour lui dire que le Christ et les chrétiens (avec la culture qu’ils véhiculent) peuvent être des partenaires de sa vie, de son évolution, de son développement. Et je crois que le trésor que le Christ nous offre pour fonder et nourrir ce dialogue est la fraternité dans laquelle il nous fait entrer.

 

Mais cette fraternité nous ne pouvons y accéder que si nous découvrons le Christ et que si nous acceptons qu’entre lui et nous s’installe une véritable relation. L’objectif fondamental de la Fraternité Pierre de Berulle sera donc de faire découvrir le Christ comme une personne avec laquelle nous pouvons avoir une relation et non simplement un Dieu distant ou un philosophe de la vie qui nous aurait légué une morale.

 

Mais pour cela, il faut encore permettre à ceux en qui nous reconnaissons des frères et des sœurs de découvrir que leur vie se constitue en premier en son intérieur. Il y a des ONG pour toutes les formes de détresses et d’injustice, mais il n’existe pas une ONG qui s’attaque au manque de vie intérieure des hommes et des femmes de notre temps.  C’est le rôle que veut se donner la Fraternité Pierre de Berulle.

 

- Faire découvrir aux hommes et aux femmes qu’ils ont une vie intérieure et que celle-ci doit être développée.

- Leur faire découvrir que celui qui peut cheminer avec eux dans cette vie intérieure est Jésus-Christ, leur frère et leur Dieu.

- Les amener à prendre toute leur place dans un monde aimé par Dieu. Une place qui privilégie un dialogue d’humanité et non un dialogue de controverse.

 

Partager cet article

commentaires

Anne 11/11/2011



Je suis membre de la Fraternité diocsaine des Parvis (dans l diocèse de Lille), je pense que nous vibrons aux mêmes intuitions. Nous nous inspirons pas mal de Madeleine Delbrêl. Comment
allez-vous concrètement faire vivre cette Fraternité ?



André CAMPOS RODRIGUEZ 11/11/2011



Cher Boris,


Je suis entièrement d'accord avec tout ce que vous dites et cherchez à "promouvoir"...


Dès que vous le souhaitez, j'adhère à votre Fraternité !


Amitiés,


André Campos Rodriguez



J.L. A 11/11/2011



"Vaste programme". Courage, vous n'avez que 39 ans 1/2.


Cordialement.


J.L.A.



Bruno 11/11/2011



Votre blog m'a permis de découvrir la spiritualité de Pierre de Bérulle. Je n'ai aucune raison de ne pas poursuivre ce chemin avec vous. Je suis des vôtres et de cette fraternité que vous voulez
créer.


Bruno.



Denis CORPET 12/11/2011



Cher "Bérulle",


les objectifs de votre "fraternité" sont apparement ceux de la fraternité des Parvis, et sont aussi très proches de ceux de la Communauté Vie Chrétienne dans la quelle je suis engagé. C'est donc
un chemin que d'autres prennent aujourd'hui, qui donne un visage d'Eglise très vivant et divers, et un peu différent de "l'Eglise officielle". Bon vent donc à votre "nouveau vaisseau" avec
l'équipage qui semble vouloir vous suivre. Mais les regroupements délicats de nos amies religieuses, qui rassemblent aujourd'hui peu à peu les multitudes de congrégations créées un siècle ou deux
plus tôt, font poser la question suivante: faut-il créer ou rejoindre ?



Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog