Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 00:00

Voilà un véritable faux-ami. Tout d’abord, parce que cette période bien que précédant Noël ne l’indique pas par son nom. L’Avent n’est pas l’avant. Son « e » nous invite à regarder l’av-e-nir. Car l’Avent n’est pas ce qui précède mais ce qui va arriver. Dans la même famille, on trouve ainsi les mots événement et avènement. Là encore, surprise. Noël, l’une des choses les plus prévisibles de l’année, est prétendument un événement. Bon, soit pendant presque quatre semaines (eh oui, quatre dimanches, ça ne fait pas nécessairement quatre semaines, révisez les règles de l’intervalle !), nous allons nous préparer à un événement.

En théorie, cette période est un « petit carême ». J’en veux pour preuve la couleur liturgique, le violet. Mais finalement, la seule chose dont nous jeûnerons, ce sera du Gloria de la messe dominicale, afin d’être impatients de mêler nos voix à celles des anges, dans la nuit de Noël, pour acclamer Dieu qui vient. Car le voilà, l’événement : Dieu vient. Oh, il vient en toute simplicité, sans tambour ni trompettes, juste avec quelques hautbois et une poignée de musettes (des sortes de cornemuses).

Quelques prédicateurs, sans doute fatigués de prêcher chaque année sur la naissance d’un enfant, (l’innocence, la faiblesse, le « miracle de la vie » et autres…), rappellent que nous attendons aussi le retour du Christ, ce que les savants appellent la Parousie. Son retour dans la gloire, cette fois, pas dans l’humble intimité d’une famille humaine, mais avec les trompettes du Jugement, le tonnerre et les effets spéciaux. Ah, ça vous a tout de suite une autre gueule ! Le seul détail un peu dérangeant, c’est que c’est ce qu’on a célébré le dimanche qui précède le début de l’Avent en fêtant le Christ-Roi. Certes, on peut prétendre que tout est dans tout et célébrer le messie humilié à la fin de l’année liturgique et son retour dans la gloire à Noël, mais on doit bien admettre que ça ne facilite pas la compréhension.

Je sais aussi qu’il est toujours difficile de reconnaître Dieu dans cet « abaissement », comme dit le vieux cantique. Il y a deux mille ans, nos ancêtres qui espéraient un messie pour Israël ne s’attendaient pas à l’humble naissance du fils de Marie et Joseph. Pas plus qu’ils ne s’attendaient à ce que ce messie soit Dieu lui-même. Quand aux disciples, il est clair que d’un bout à l’autre de leur aventure, ils découvrent que Jésus est toujours « ce qu’ils n’attendaient pas ». Jusqu’à la « divine » surprise de Pâques : « ce Jésus crucifié, Dieu l’a ressuscité il est vivant ». Ça, bien sûr, personne ne s’y attendait !

Tout ça vous paraît un peu compliqué ? Vous avez raison, revenons à des choses simples. Vous souvenez-vous, ce sentiment merveilleux que vous avez éprouvé enfant, de trouver au pied de l’arbre le cadeau que vous n’espériez même pas ? Et bien le temps de l’Avent ça devrait être cela, tout simplement, l’attente de l’inattendu.

 

Ce que dit le Magistère de l'Eglise catholique.

CEC 524 - En célébrant chaque année la liturgie de l’Avent l’Église actualise cette attente du Messie : en communiant à la longue préparation de la première venue du Sauveur, les fidèles renouvellent l’ardent désir de son second Avènement.

 

100 mots pour la foi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

luc davezac 21/11/2011 10:57


"Abaissement" ce mot que humainement est de s'affliger une diminution, une humiliation, un amoindrissement


Permetez moi de ne pas le voir et surtout de le ressentir ainsi


Quand je me suis" abaissé"e accroupie pour tendre les bras vers mon enfant qui fait ses premiers pas, tellement hésitant voyez vous de l'abaissement ou le désir immense d'encourager le devenir
humain?!


Alors l'abaissement de Dieu.... j'imagine et je tente de vivre la même chose, ce Dieu qui s'abaisse pour nous attirer dans son devenir Divin ...


L'amour des parents images de l'amour de Dieu Père christiane


 

Claire 12/12/2009 19:34


Merci de cette méditation, Dieu qui se fait petit enfant est pour moi très beau et touchant.  Marie nous le met dans nos bras, à nous de nous laisser faire, laisser toucher et plus rien n'est
comme avant.


Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.