Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 00:43

 

Nos grands-parents ont chanté qu’ils étaient chrétiens et que c’était leur gloire. Deux générations plus tard, on a été pour ou contre l’inscription des racines chrétiennes de l’Europe dans les textes fondateurs. On en déduirait aisément qu’être chrétien est un enjeu d’identité. Être ou ne pas être… En être ou ne pas en être… Hélas, la notion d’identité recèle souvent le germe de l’exclusion. Si je suis, si j’en suis, il y en a d’autres qui ne sont pas, qui n’en sont pas.

Et là, j’avoue que j’ai un problème. Je veux bien admettre que certains soient Français et d’autre pas. Après tout, chacun sa patrie, le lieu de ses pères (et mères) et de ses frères (et sœurs). Mais oserai-je m’approprier le Père et le Frère ? Car si je suis chrétien, j’affirme que je suis « du Christ ». Par lui j’entre dans la fraternité. Par la fraternité, j’entre dans la « filialité ». Si je suis frère ou sœur du Fils, alors, je suis fils ou fille du Père. Cette fraternité, cette filialité me sépare-t-elle des autres ? Les autres, ceux qui ne sont pas chrétiens ne sont-ils ni fils (ni filles), ni frères (ni sœurs) ?

Je peux le croire et me draper dans ma gloire. Dieu me préfère, je suis mieux que les autres. À moi les promesses, à moi le paradis. Aux autres le néant ou l’enfer. Je peux aussi croire que ma qualité de fils (de fille), de frère (de sœur), me donne des droits sur Dieu. Pas touche à mon Dieu ! Propriété privée !

Posons-nous la question à rebours. Celui ou celle qui n’est pas chrétien est-il moins mon frère ou ma sœur que celui qui l’est ? Est-il moins aimé de Dieu celui qui n’a pas reçu le baptême ? Nous hésitons à répondre ; être chrétien, il faut bien tout de même que ça serve à quelque chose ? Non ?

Et bien non, ça ne sert à rien, au sens où ça ne me donne aucuns droits particuliers sur Dieu.

Peut-être cela me donne-t-il des devoirs alors ?

Non, et oui !

… ? Oh, c’est quoi ces complications ?

Bon d’accord, je m’explique. Je crois qu’être chrétien n’ouvre pas d’autre droit que la joie. Le droit à la joie. Pour le dire d’une façon plus religieuse, le droit à l’action de Grâce. Je sais à qui je dois ma joie. Ma joie, c’est le mouvement de l’action de Grâce (autrement dit, eucharistie), qui me tourne vers Dieu, et qui me fait le remercier des biens qu’il me donne, de l’attention qu’il m’accorde, de l’amour dont il me comble.

« Qui donc est l’homme pour que tu t’en soucies, un fils d’homme pour que tu en prennes souci ? » interroge le psalmiste. Et nous répondons, nous sommes les fils et les filles bien aimés. Tous, y compris l’ouvrière chinoise, le paysan indien qui n’ont pas entendu la parole du Christ, qui n’ont pas reçu l’Esprit qui nous fait tendre les mains et user des mots que le Fils nous donne pour nous adresser à notre Père. Nous sommes chrétiens, et voici notre joie.

Bon et la question des devoirs ? Et bien si c’est une joie d’être chrétien, c’est notre devoir de la partager avec ceux qui ne savent pas qu’ils sont aussi les fils et les filles bien aimés. Nous avons le devoir de manifester cette joie, de la rendre contagieuse. Nous avons l’impérieux devoir de les inviter au banquet de la joie. La table est mise pour eux comme pour nous et n’ayons crainte, nous ne serons privés de rien. À la table de Dieu, il y a abondance et même surabondance.

Je sais, c’est difficile à admettre. Nous voudrions bien que les chrétiens (nous) soient quand même un tout petit peu plus aimés, un tout petit peu préférés, rien qu’un peu ! Mais pour nous convaincre, il n’est qu’à lire la parabole du père prodigue. Au fils aîné, celui qui a eu le bonheur de vivre chaque instant avec son père, et qui gémit de jalousie, le père, douloureux répond : « Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. »

Alors, c’est quoi être chrétien ? C’est avoir la Grâce de partager déjà ici-bas le bonheur d’être fils (fille) du Père et frère (sœur) du Fils.

 

Ce que dit le Magistère de l'Eglise Catholique :

Lumen Gentium chap 13 : À faire partie du Peuple de Dieu, tous les hommes sont appelés. C’est pourquoi ce peuple, demeurant uni et unique, est destiné à se dilater aux dimensions de l’univers entier et à toute la suite des siècles pour que s’accomplisse ce que s’est proposé la volonté de Dieu créant à l’origine la nature humaine dans l’unité, et décidant de rassembler enfin dans l’unité ses fils dispersés.

 

100 mots pour la foi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Allegro 18/02/2010 15:06


Bonjour. C'est bien joli tout ça... Mais ceux qui ne connaissent pas le Christ, ni Dieu ils n'en veulent pas, de votre fraternité. Ils ne veulent pas qu'on croit que Dieu les aime, ils ne
veulent pas qu'on les regarde comme nos frères. "Fichez-moi la paix !!" voilà ce qu'ils me disent. Car c'est une manière de leur imposer une foi qu'ils n'ont pas. Sans parler des croyants
juifs ou musulmans, pour qui c'est presque choquant, non de croire (et en cela nous ressentons un proximité particulière avec eux), mais pour qui un Dieu Père, c'est un blasphème...


BISEAU 02/02/2010 09:02


Très profondément en accord avec ce texte, beau et fort.
La seule petite réserve : Il me semble qu'on ne peut parler de 'joie' qu'avec beaucoup de modestie, comme sur la pointe des pieds. Parce que l'effroyable désordre du monde est là, toujours, près de
nous, en nous.
Ettre chrétien : se savoir aimé, et se dire que ça suffit bien à justifier notre existence. Inouie lumière, oui, mais qui, à aucun instant, ne peut perdre de vue la détresse qui rôde autour de
nous, et qui submerge tant  de nos compagnons. Il y a toujours de la gravité dans le bonheur d'être chrétien.


Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.