Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 23:21


Le mot est plein d’ambiguïté et pourtant, il est la véritable raison d’être de tout le développement du christianisme depuis les origines. L’évangélisation est même le propre du christianisme. C’est ce que fait Jésus. Il ne crée pas de religion, n’établit pas de culte, ne laisse pas de corpus doctrinal. Il annonce « à corps perdu » la nouvelle, la « bonne » nouvelle : il y a un Dieu avec un cœur de père, avec des entrailles de mère, qui prend fait et cause pour l’humanité, qui veut son bonheur, son « Salut ». Et cette annonce, il la scelle, la garantit au prix de sa vie.

Depuis, fini les négociations avec la divinité ; « si je te sacrifie un mouton blanc, tu feras tomber la pluie et retiendras la foudre. », « Si je trouve un juste dans cette ville, tu ne feras pas tomber le feu du ciel ». Non tout cela est terminé. Il n’y a aucun sacrifice à faire pour apaiser un courroux divin. On trouvera des justes puisque c’est Dieu lui-même qui justifie. Et si nous rendons un culte à Dieu, c’est un culte d’action de grâce car tout ce que nous demandons nous est déjà accordé.

Pour évangéliser, il suffit donc d’annoncer, cette extraordinaire nouvelle : « Dieu est avec nous », d’en vivre et d’en témoigner, comme le Christ lui-même l’a fait.

Comme le Christ lui-même l’a fait ! Tout le secret est là.

Pas question d’apporter l’Évangile comme on apporte la civilisation, et malheureusement, souvent de la même main, qui n’était guère tendre.

L’Évangile ne « s’apporte » pas, il se porte. Il se porte à même la peau. Et d’ailleurs sont qui l’ont porté y ont la plupart du temps laissé leur peau, comme le Christ…


On parle aujourd’hui de seconde évangélisation, de nouvelle évangélisation. Il semble que de nouveau, on s’apprête à « apporter » quelque chose. Ne commettons pas de nouveau les mêmes erreurs que par le passé. Certes, on ne risque plus les conversions forcées, mais prenons garde, il est facile de croire que nous savons ce qui est bon pour l’autre. « Que veux-tu que je fasse pour toi, demandait Jésus ». À son exemple, commençons par écouter avant de parler.

Il se pourrait que ce monde ait aussi des choses à nous dire…

 

EVANGELII NUNTIANDI (Exhortation de Paul VI)

7-Jésus lui-même, Évangile de Dieu, a été le tout premier et le plus grand évangélisateur. Il l’a été jusqu’au bout : jusqu’à la perfection, jusqu’au sacrifice de sa vie terrestre.

14-Nous voulons confirmer une fois de plus que la tâche d’évangéliser tous les hommes constitue la mission essentielle de l’Eglise, tâche et mission que les mutations vastes et profondes de la société actuelle ne rendent que plus urgentes. Evangéliser est, en effet, la grâce et la vocation propre de l’Eglise, son identité la plus profonde.

 

100 mots pour la foi


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Louis JACOB 08/01/2011 23:36



Remarqué les mots suivants dans le merci de Marie : "Et notre société qui valorise le droit à la différence lorsqu'il est assumé, l'accepterait sans doute mieux qu'on ne le croit."


— Irès juste! Vérifiable par tout un chacun : ex. ,  prendre en charge un autostoppeur, lui demander si ça l'arrange bien. (Évidemment, il ne peut que remercier), lui faire
constater que si chacun faisait ainsi un geste gratuit pour ses semblables, la vie en société serait plus agréable pour tous…


Il sera sans doute d'accord. Eh bien, QUELQU'UN  recommande la méthode "Aimez-vous les uns les autres" depuis deux mille ans ( il faudra nommer l'auteur, Jésus-le-Christ, dont le
passager n'a pas toujours entendu parler), et des millions de ses associés comme moi esssaient de la mettre en pratique sous de multiples formes… etc.  Surprise!


Quand votre protégé descend, priez le St E. de prendre la relève !



Marie 13/07/2010 12:20



Merci pour votre réponse....


Mais est-ce manipulation que de dire les choses? Des religieuses qui vivent dans un quartier pauvre de france depuis 20 ans, que tout le monde salue et apprécie, mais qui ne disent pas à leurs
voisins qu'elles sont religieuses, ça ne vous choque pas?


Un foyer pour étudiant ouvert et tenu par une communauté chrétienne qui ne dit jamais nulle part qui il est, qui accepte les remerciements sans dire discrètement que le Christ est présent, on en
serait là?


Je ne suis pas une prosélyte et je ne parle pas de manipulation mentale. Juste d'arrêter de se cacher par principe et ne toutes circonstances... Et notre société qui valorise le droit à la
différence lorsqu'il est assumé, l'accepterait sans doute mieux qu'on ne le croit. Ca ne convertirait peut-être pas grand monde, mais les chrétiens (ceux qui ne sont pas outrancièrement
militants) cesseraient de passer pour des gens qui ont honte de leur foi.... et le christianisme cesserait d'être pour nos contemporains une religion qu'on assume pas sur le plan individuel.



Pietro 09/07/2010 23:24



@Marie,


Oui, Marie, la tentation est grande en effet. Mais résolument, tous les moyen ne sont pas bons. Quand la souveraineté sur tous les royaume de la terre a été offerte au Christ, il a su reconnaître
la fausseté de la proposition. Il l'a rejetée, et le tentateur avec.


J'ai redit cela récemment à des prêtres désireux d'être plus "efficaces": "Nous ne pouvons pas faire autrement que Dieu, c'est-à-dire nous adresser à des libertés; proposer, espérer, respecter et
attendre."


Quand nous voulons, pour des raisons d'efficacité, faire différemment, nous "trichons", manipulons, nous devenons des faux-monnayeurs.


En cette matière où le risque de viol des consciences est permanent, et où l'Histoire nous montre que les pires excès ont été commis avec de "bonnes intentions", nous devons accepter de n'être
pas plus grand que le maître. Rude ascèse, surtout dans une époque comme la nôtre qui aime tant la rentabilité.


bien amicalement


Pietro


 



Eisbär 07/07/2010 16:44



Félicitations pour votre blog !



Marie 07/07/2010 12:18



On ne peut qu'être d'accord avec vous, et avec le commentaire ci dessus... Mais on constate aussi que d'autres prennent moins de précautions, sont prosélytes, et... ça marche.


La conversion comporte aussi une part de psychologie, et quelque soit le jugement de valeur que l'on porte sur ceux qui s'appuient sur une faiblesse psychologique ou une fragilité sociale pour
parler de leur foi ou de leur religion, il n'empêche que les résultats sont là : les gens y trouvent un mieux-être, ils choisissent ces religions/chapelles là plutôt que le catholicisme qui se
veut respectueux de la liberté, et nous voilà les dindons de la farce, accusés d'être des "mous", et privant certaines personnes de la rencontre avec une foi qui pourrait illuminer leur vie,
comme elle illumine la nôtre.


La fin ne justifie peut-être pas les moyens, mais voilà, à force de nous interdire certains moyens, on n'avance pas...



Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.