Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 08:12

 

Voilà un mot qui dans son usage religieux a un petit parfum suranné. Comme ils nous semblent lointains, les grands débats des siècles précédents sur les œuvres et la Grâce, sur la Grâce suffisante. Comme elles sont étrangères, ces piétés du 19° siècle qui comptabilisent les grâces du Seigneur avec le sérieux d’une comptabilité boutiquière. Voilà qui n’entre plus guère dans nos façons de parler, de penser, de prier. Et pourtant… Écoutons d’abord le mot pour ce qu’il signifie en langage courant : légèreté, élégance, délicatesse. Il y a dans le mot quelque chose de radieux, comme un matin d’été parfait, comme une amoureuse qui se sait aimée, comme des parents penchés sur le sommeil de leur enfant.

Nous sentons bien la parenté de cette grâce avec la beauté et la perfection.

Il manque encore au tableau de la grâce son caractère gratuit. L’instant se donne à nous, sans raison, sans prix, sans effort.

Telle est la Grâce de Dieu, loin des pesantes définitions et des petits calculs. C’est d’abord un beau geste de Dieu. La Grâce est donnée pour rien, pour la beauté du geste, parce que Dieu est Dieu, et que l’élégance, la beauté, la gratuité lui appartiennent. La Grâce est un don sans retenue, sans mécompte, sans escompte. La Grâce ne se divise pas. De la part de Dieu, elle n’existe qu’au singulier, entière, et parfaite. Et tout ce que nous pouvons faire, c’est rendre grâce, c’est-à-dire, comme pour la Gloire, rendre à Dieu ce qui est à lui, ce qui est lui.

Oui, la Grâce, c’est la beauté de Dieu, sa perfection, répandue, irradiée, communiquée en abondance, en surabondance. À nous de nous laisser saisir, illuminer.

Mais enfin diront d’aucuns, vous semblez oublier que d’abord la Grâce nous sauve. Je ne l’oublie pas, je ne dis même que cela. Elle nous sauve de notre pesanteur, de notre obscurité, de nos mesquineries agioteuses.

Alors, d’autres diront : « Vous avez sérieusement éveillé notre intérêt ; cette Grâce, est-ce qu’on peut la voir ? ». Mais bien sûr, elle a un nom et un visage, celui du plus gracieux des enfants des hommes, un nom simple, Jésus. N’est-il pas le beau geste de Dieu par excellence ?

Maintenant, j’hésite sur la formulation : dois-je dire : « Jésus le Christ en qui la Grâce de Dieu s’incarne » ou « Jésus le Christ qui incarne la Grâce de Dieu » ?

Je vous laisse choisir.

 

Et en guise de méditation, je vous invite à relire la scène de la synagogue de Nazareth, au chapitre 4 de l’évangile selon saint Luc, du verset 16 au verset 22.

 

Il vint à Nazareth où il avait été élevé, entra, selon sa coutume le jour du sabbat, dans la synagogue, et se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe et, déroulant le livre, il trouva le passage où il était écrit :

L’Esprit du Seigneur est sur moi,
parce qu’il m’a consacré par l’onction,
pour porter la bonne nouvelle aux pauvres.
Il m’a envoyé annoncer aux captifs la délivrance
et aux aveugles le retour à la vue,
renvoyer en liberté les opprimés, proclamer une année de grâce du Seigneur.

Il replia le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous dans la synagogue tenaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : « Aujourd’hui s’accomplit à vos oreilles ce passage de l’Écriture. » Et tous lui rendaient témoignage et étaient en admiration devant les paroles pleines de grâce qui sortaient de sa bouche.

 

 

100 mots pour la foi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marie-Reine 16/09/2010 20:09



Le commentaire précédent me conduit à dire que tout humain fait parfois l'expérience de moments de gratuité, de recevoir quelque chose qui a été donné, qui dépasse son attente ; quelque chose qui
n'était ni mérité ni dû ; la vie, le don, quelque chose qui lui est donné ou se donne en lui, gratuitement ; un moment d'ouverture, en soi ou en l'autre, imprévu, inespéré... Cette expérience est
connue de tout artiste, de tout créateur : ce qu'il donne de meilleur vient d'Ailleurs, ne lui appartient pas en propre, il ne peut ni le saisir ni le retenir, seulement le donner et s'il ne le
donne pas, il le perd. Les chrétiens donnent à cette expérience le nom de grâce et le réfèrent au don de Dieu.



Tellou 13/09/2010 19:52



La Grâce. Effectivement un mot couramment employé par les cathos pour exprimer souvent ces dons de Dieu, ces moments de rencontre qui nous rendent plus légers, plus heureux, ces moments où l'on
se sent touchés, aimés par Dieu. (Non que l'on ne l'est pas, mais on ne le ressent pas forcément). Sauf que voilà, la "grâce" est je trouve le pire des mots cathos, celui que j'en viens à exécrer
parce qu'il me coupe des autres qui ne comprennent pas/plus ce mot. Nos demander d'expliquer notre foi, cette lumière qui est en nous, et "bam" on en vient à dire "grâce". Sauf que à "grâce"
l'interlocuteur flanche, se barre en se disant: c'est bon, celle-là elle est complètement illuminée. C'est un mot aussi que j'exècre parce que justement il est souvent dit par mes frères cathos,
le sourire béat et les yeux humides, la lèvre tremblante quand ils soupirent "oh, c'était une vraie grâce que de voir se lever de soleil derrière le monastère où je faisais ma retraite"
(peut-être changé par "sourire de cette pauvre femme au secours catholique).


Bref, comment passer de la grâce gluante et dégoulinante de grââââce, à la grâce si gracieuse dont vous parlez chez Pietro?



Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.