Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 10:03

Aujourd'hui, pas de mot pour la foi, mais un mot de Pâques.

 

Au pied de la croix, il n’y avait que quelques femmes en pleurs… Comme toujours, comme partout. Les femmes, si souvent victimes de la puissance des « systèmes » peuvent être là, les mains vides, debout, impuissantes. Gageons d’ailleurs que les femmes « modernes » qui, et c’est heureux, ont commencé à devenir responsables, d’elles-mêmes et du fonctionnement du monde, auraient sans doute réagit comme les apôtres et les disciples. Elles auraient commencé à faire le bilan pour trouver où ça n’avait pas marché, afin d’avoir une meilleure chance que ça marche « la prochaine fois ».

Mais il n’y a pas, il n’y aura pas, de prochaine fois. Dans le Christ, Dieu s’est dévoilé, il a révélé tout son programme. Les apôtres ne se sont pas trompés, c’était le « bon Messie », c’était vraiment le Fils de Dieu. Au jour de Pâques, ils en reçoivent la fulgurante et inimaginable annonce : celui qui était mort, Dieu l’a ressuscité, il est vivant.

Qu’est-ce que cela veut dire ? Qui est cet homme, qui est Dieu ?

Pour comprendre, retournons dans le jardin de Gethsémani, revenons dans la salle haute. Jésus, « sachant que son heure était venue » laisse un ultime message, d’ultimes gestes.

Jésus, à genoux, dernier des serviteurs, Jésus rompant le pain, offrant son corps, son sang, sa vie. Jésus prostré dans le jardin, renonçant à toute puissance, offrant même son abandon et sa peur. Jésus refusant qu’une arme soit sortie, qu’un homme soit blessé.

Comprenez-vous ce que je viens de faire ?

Comprendrons-nous jamais ?

Comprendre, c’est abandonner toute illusion de puissance, c’est admettre que l’échec est l’échéance ultime en ce monde.

Ce que nous voyons en contemplant la croix, c’est qu’aucun pouvoir, surtout pas un pouvoir religieux, ne peut se réclamer de Dieu parce que Dieu a abdiqué toute puissance.

Oui, notre Dieu s’est fait impuissant, telle est la terrible révélation de la croix.

Inutile de rêver de conquêtes, de légions chrétiennes, de bataillons disciplinés qui assureraient dès ici, dès maintenant l’ordre divin, la loi divine, en un mot, le « triomphe de Dieu ».

Nul ne réussira là où le Christ a « échoué ». Ne nourrissons aucune illusion, le nombre, les fastes, les ors, l’influence, les réseaux, tout cela ne signifie rien devant le Dieu de la croix. Tout cela ne vient pas de Dieu, tout cela ne va pas à Dieu.

 

Au matin de Pâques, devant le tombeau vide, retournons-nous vers la croix. Elle est maintenant éclairée par la lumière de la résurrection. Celui qui s’est abaissé a été élevé. Contemplons l’œuvre de Dieu ; crions de joie : « Mort, où est ta victoire ? »

Mais prenons bien garde, la résurrection n’efface pas la croix. La résurrection n’est pas la victoire in extremis du Dieu tout-puissant, mais la victoire de l’impuissance.

Que la croix nous guérisse de nos désirs de puissance, que la résurrection nous fasse désirer la victoire de l’amour désarmé.

Et ensuite, il nous restera à œuvrer chaque jour, sans rien imposer, sans rien exiger, sans juger, au nom de l’amour désarmé. « Ce que vous aurez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’aurez fait ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marie 27/04/2010 14:58



C'est beau oui, et c'est simple.


Mais-je le vis en ce moment- c'est totalement inacceptable pour ceux qui sont au coeur de la souffrance... L'homme qui souffre désire un Dieu sans ors ni légions, mais un Dieu dont l'amour et la
puissance (supposés par le christinisme) puissent épargner à ceux qu'il est censé aimer (et qui pour certains mettaient leur foi en Lui) certains souffrances particulièrement injustifiables
(la perte d'un enfant, par exemple). 



mathilde 06/04/2010 08:02



C'est un beau message, oui, un beau message à garder vivant tout au long des mois à venir. Pourquoi est ce toujours si simple en vous lisant? Si simple, si profondément émouvant. Peut être parce
qu'il ne s'agit pas de rêver ors et victoires comme vous le dites si bien, quête inaccessible, mais bien, plutôt, de la joie donnée et reçue par le don d'amour, de l'amitiè, de l'attention.
L'amour qui transfigure les hommes, les rend généreux et vivants. Des hommesplus forts que la mort.



Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.