Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 23:39

 

S’il nous est souvent malaisé de dire ce qu’est le bien, surtout exemples à l’appui, en revanche, pour le mal, nous ne manquons pas d’exemples. Nous somme hélas devant une effroyable abondance, tant l’abjection, la cruauté, la perversion, le malheur, infligé ou subi, semblent être sans limite. S’il est une chose dont nous ne pouvons douter, c’est bien de l’existence du mal. Tous, nous l’avons rencontré, subi, commis, nous en avons été victimes, coupables ou complices. Tragique expérience que partagent tous les humains, ceux qui croient au Ciel comme ceux qui n’y croient pas.

Bon je sais, d’aucuns voudront subtilement distinguer entre le mal commis, qui a un auteur, et le mal sans auteur connu, qui fait tomber la foudre sur le promeneur, et les leucémies sur les petits enfants ; et peut-être entrer en procès contre un Dieu qui laisserait faire.

Et puis voilà, alors que je rédige ce difficile, article, un mail m’annonce la mort d’un homme jeune. Il s’est donné la mort. Et tout à coup, tout se mélange. En sa chair, il est victime et coupable… comme nous le sommes tous.

Et nous voilà, devant le mal et la mort, démunis, désolés et solidaires.

Non, il n’y a pas de réponse, il n’y a pas d’explication. Il n’y a que la fragile et chancelante espérance que ce n’est pas le fin mot de l’histoire. C’est ce fragile éclat de lumière qui éclaire la Croix de celui qui n’était que victime, elle vient d’un matin où le mal n’a pas eu le dernier mot, un matin auquel nous somme tous promis.

De tout mon cœur, de toute mon âme, à genoux, je lève les mains vers cette lumière vers cette promesse, pour l’enfant malade, pour l’homme désespéré, pour les torturés, les humiliés, Toi, Dieu, appelle-les, console-les, guéris-les, réjouis-les, eux et aussi leurs bourreaux. Et délivre-nous du mal.

 

Extrait du Testament de Christian de Chergé, prieur des moines de Tibhirine.

Et toi aussi, l’ami de la dernière minute, qui n’auras pas su ce que tu faisais.

Oui, pour toi aussi je le veux ce MERCI, et cet « À-DIEU » en-visagé de toi.

Et qu’il nous soit donné de nous retrouver, larrons heureux, en paradis, s’il plaît à Dieu, notre Père à tous deux. Amen ! Inch’ Allah

 

100 mots pour la foi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jean jacques Ganghofer 14/12/2010 20:54



En matière de souffrance , le Bouddhisme nous apporte plus de solutions que le Christianisme.


Il n'est point besoin de devenir bouddhiste pour y recourir.    Depuis le Concile , nous pouvons aller chercher dans les autres religions tout ce qui peut apporter des solutions à
nos problèmes, dans la mesure où ces solutions ne sont pas contraires à notre Foi Catholique et à la Doctrine de notre Eglise.


De plus , le Bouddhisme est une philosophie de vie, et non une religion.


Personne d'autre que Gautama Siddharta n'a exploré, expliqué et solutionné  la souffrance et ses ravages ...



Delly 14/12/2010 18:56



Mouis....


Tout cela ne fait pas beaucoup avancer les choses...Vous n'allez pas me dire que l'Eglise depuis 2 000 ans ne dit rien sur le Mal !


parce que pour l'instant, ce que je vois, c'est que croire en un Dieu qui soit amour et tout puissant et qui laisse faire tout ce mal, c'est pas possible. Point. Soit il n'est pas amour, soit il
n'est pas tout puissant. Et jusqu'ici je n'ai jamais rien à su dire à tous ceux qui quittent les Eglises à cause de ça. A part de coire aussi au Diable, mais c'est pas terrible non plus....


 



d'avezac 14/12/2010 11:12



c'est de tout coeur avec vous que je crie, j'écris, je prie pour tous ces jeunes qui se donnent la mort ou qui se laissent mourir démunis de tout, en colère contre tout, et dont chaque jour est
une nouvelle mort avec l'alcool, les drogues, les médicaments, l'oisiveté...ou qui accrochés par moment à la vie des autres les mettent en perdition Merci pour vos espoirs que j'ose partager en
ce jour mais nous vivons un chemin long et douloureux Cet enfant nous a donné du bonheur mais aujourd'hui nous cheminons avec des espoirs fragiles ou des desespoir douloureux


Merci pour vos mots de chaque jour à bientôt Christiane



Philippe Lestang 14/12/2010 09:34



Ouais... Je vous renvoie au texte du père Duval-Arnould http://plestang.free.fr/duval.htm qui raconte notamment la réaction d'une auditrice en entendant un prêtre dire à la radio à peu près la même chose que vous.
Le texte du Père Duval-Arnould est le meilleur que je connaisse sur la question: certes Jésus n'a ni supprimé le mal ni n'en a expliqué la cause. Mais il nous a proposé un chemin de vie. Comme en
témoignent certaines personnes qui gardent foi et joie dans leurs malheurs.



Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.