Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 23:43

 

 

Je crains que sur la question du mariage, ma position ne soit pas encore officiellement enregistrée par le corpus de la doctrine catholique. Mais parfois, il faut des défricheurs, donc, risquons-nous.

Une première précision : nous sommes face au mariage devant une double tradition. D’une part, il y a, fondée dans l’Écriture, d’Osée à saint Paul, une vision grandiose du mariage, comme image de l’alliance de Dieu avec son peuple, du Christ avec son Église, et d’autre part, une pratique qui n’instituera que très tardivement (vers le XII° siècle)  le caractère sacramentel du mariage, lequel appartenait jusque-là aux usages sociaux que l’Église s’était mise petit à petit (et avec beaucoup de réticence) à bénir. Le mariage est demeuré, bien longtemps une affaire sociale et mondaine, il n’est qu’à voir le théâtre de Molière ; quand on parle mariage, on appelle un notaire, pas un prêtre ! Et c’est encore le cas un siècle plus tard chez Beaumarchais.

Beaucoup plus récemment, pas même deux siècles, nous avons assisté à deux mouvements quasi simultanés. D’un côté, la société a « désocialisé » le mariage pour en faire un acte de plus en plus privé et intime, appuyé sur le sentiment amoureux, de l’autre côté, on voyait naître une sorte de mystique conjugale qui a conduit à développer, au cours du siècle dernier, ce qu’il faut bien nommer une nouvelle théologie du mariage et de la famille.

Simultanément, l’augmentation de l’espérance de vie allongeait d’autant plus la durée potentielle des unions de telle sorte que beaucoup de couples en vinrent à considérer qu’il était plus sage, pour se défaire d’un lien qui était devenu une chaîne, de recourir au divorce plutôt que d’espérer l’improbable mort de l’un des conjoints.

 

Mettez tous ces éléments dans un shaker, agitez, et vous vous retrouvez dans l’impasse que nous connaissons : aux yeux de l’Église catholique, tout couple, pour être légitime, doit être sacramentellement marié, et le sacrement étant, comme tous les dons de Dieu, irrémissible, sa rupture est un péché qui l’est tout autant.

 

Alors, que faut-il faire ?

Rompre les enchaînements « vicieux » du raisonnement !

D’abord, reconsidérer la valeur humaine du couple, prise pour elle-même, et en conséquence, bénir, (en grande cérémonie) les époux qui s’engagent à fonder une famille, les appeler à la fidélité, à la responsabilité, à la tendresse, à la générosité, à l’exemplarité de l’amour, les accompagner… Et leur pardonner quand ils n’y arrivent pas ! Leur pardonner et les aider à pardonner, à se pardonner, à pardonner à l’autre. Un immense travail que notre condamnation du divorce nous interdit !

Et réserver à quelques-uns qui en reçoivent l’appel particulier, et après discernement par l’Église, de faire de leur vie conjugale un témoignage vivant de l’amour de Dieu, ce qui signifie effectivement demeurer fidèle, pour toujours, même si l’autre est infidèle ! Ce qui signifie vraiment aimer à en mourir. Ce qui signifie réellement se livrer et donner sa vie pour celui ou celle qu’on aime.

C’est une vision folle et somptueuse que cet amour humain devenant image de l’amour divin. Pense-t-on réellement que c’est ce que Dieu demande à tous les honnêtes hommes et femmes qui s’unissent pour fonder une famille ? Il me semble que c’est un peu comme si l’on imposait à tous les célibataires d’être Chartreux ou Carmélites.

 

Évangile selon saint Matthieu, 18, 6-7

Mais si quelqu'un doit scandaliser l'un de ces petits qui croient en moi, il serait préférable pour lui de se voir suspendre autour du cou une de ces meules que tournent les ânes et d'être englouti en pleine mer. Malheur au monde à cause des scandales ! Il est fatal, certes, qu'il arrive des scandales, mais malheur à l'homme par qui le scandale arrive !

 

 
100 mots pour la foi


Partager cet article

Repost 0

commentaires

jean jacques ganghofer 23/12/2010 01:19



Jésus a institué trois sacrements : le Baptême , l'Eucharistie et le Ministère .


Le mariage chrétien ( toutes églises confondues ) est une création humaine.


Donc, pour la préparation au mariage, je pense qu'un psychologue est plus apte à conseiller un couple qu'un curé.


De plus, de l'avis d'un ami prêtre, 8 mariages religieux sur 10 ne devraient pas être célébrés.


Depuis notre cher Concile, les sciences humaines sont aussi celles des catholiques.


Alors, pourquoi ne pas en profiter ?



Lecteur et acolyte 22/12/2010 23:35



Oui, le mariage chrétien, tel que le Nouveau Testament le propose, c'est bel et bien une vocation de baptisé à plein tarif, et pas le "second choix", "quand on n'est pas appelé à être prêtre ou
religieux (se)", comme je l'ai trop entendu jadis et encore naguère sur une radio chrétienne dans la bouche d'un jeune prêtre...


Comme toute vocation de baptisé, il y a rencontre


d'un appel intérieur : dans ce cas,"je me sens appelé à être époux(se) de telle (telle) personne", [et donc aussi mais c'est aussi un autre sujet à traiter en soi reconnaître que je
suis aussi appelé à être avec elle (lui) papa ou maman], et

d'un appel extérieur que j'entend de cette même personne "veux-tu m'aimer pour toujours dans le mariage chrétien ?".



Bien sûr, il s'agit d'aimer à en mourir : il faut accepter le passage par la croix pour aller à la résurrection : on comprend la réaction des disciples face à cette vocation: " Si telle est la
situation de l'homme par rapport à la femme, mieux vaut ne pas se marier". Jésus répond " Tout le monde ne peut pas comprendre, sauf ceux à qui Dieu l'a révélé". (Mt 19,10-11)


Et dans les autres cas, l'absence d'une réflexion théologique idoine en face d'une demande de "religieux" , de "sacré" conduit à célébrer des mariages-sacrement, là où la vocation au
mariage-sacrement n'est pas évidente... Je sais la difficulté de sortir de cette situation où nous sommes coincés, mais il devient urgent de trouver des portes de sortie, pour ne pas enfermer des
personnes dans des situations dramatiques où nous n'avons plus de réponse respectant toutes les données du problème.


Ah, si on avait écouté Saint Jean Chrysostome, au lieu des épigones de Saint Augustin, qui ont pris naïvement ce qu'il a dit de son expérience de PACS de païen pour une expérience conjugale
chrétienne...


 



Georgette 22/12/2010 16:55



Merci pour cette réflexion sur le mariage, depuis des siècles....


Resituer tout çà socialement ....


et pour tous ceux qui ont besoin de savoir faire "confiance" à nouveau !!...


Je n'avais pas réalisé cette dimension du Pardon sur tous les temps, tous les modes = Te pardonner, me pardonner; nous pardonner !


= Cela permettrait à diverses situations de mieux se dénouer !?


Fidélité de soi à soi, et fidélité de Dieu envers nous !


Et fidélité envers la personne qui sera peut-être là un jour...Merci !


Geo, une personne séparée après 15 ans de vie commune...qui a encore du mal à pardonner ! Bon Noel à tous ! Geo



Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.