Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 23:37

 

Oui, Marie est vraiment l’un des grands « mystères » de l’Église, tout spécialement de l’Église catholique. Si l’on y regarde de près, force est de constater qu’elle occupe, dans le meilleur des décomptes, 1% de l’espace dans les évangiles, un verset dans les Actes des Apôtres, les lettres apostoliques ne la connaissant pas du tout, au point que Paul ne cite pas son nom, ni Jean !

Dans les évangiles, il y a certes une unanimité des quatre auteurs pour la désigner comme la mère de Jésus, mais en dehors des deux récits d’enfance, dont on sait que le genre n’a rien « d’historique », elle est très loin d’être un personnage principal. On m’objectera sa participation décisive dans l’épisode des noces de Cana, je répondrai que précisément ce texte a dans l’Évangile de Jean une ampleur et une valeur symbolique, telles qu’il serait bien illusoire de vouloir en tirer une quelconque information factuelle.

Dans les évangiles, Marie est d’abord absente. Cependant, deux épisodes semblent nous donner l’opinion de Jésus lui-même. Il y a le moment où Marie aidée des frères et sœurs de Jésus tente de le convaincre de « rentrer à la maison » (Matthieu 11, 46-50 et Marc 3, 20-21 puis 31-35 et encore Luc, 8, 19-21). La réponse de Jésus est unanime dans les trois textes synoptiques, et sans appel : « Quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là m'est un frère et une sœur et une mère ».

De façon plus précise encore, le passage situé un peu plus loin dans l’évangile de Luc, ne devrait-il pas nous faire réfléchir plus encore : « Or il advint, comme il parlait ainsi, qu'une femme éleva la voix du milieu de la foule et lui dit : «Heureuses les entrailles qui t'ont porté et les seins que tu as sucés !» Mais il dit : «Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et l'observent !». Nous sommes en Luc 11, 27-28, quelques lignes après que Jésus a confié à ses disciples de Notre Père… On aurait bien envie de mettre les deux en rapport !

Alors, pourquoi, pourquoi cet extravagant déploiement du culte marial ? J’ai envie de dire, ce boursouflement ? Certes, je voudrais croire que Marie conduit toujours à son fils, mais j’observe que dans bien des cas, le développement du culte marial le cache.

Je peux certes comprendre qu’elle soit un bon média (une bonne médiatrice) pour notre méditation de l’Incarnation. Mais dans la figure symbolique qu’elle représente, je demeure étonné que l’on ait passé par pertes et profits l’époux que Dieu avait pris la sage précaution de lui donner. Pourquoi, alors qu’elle fut sur terre une honorable épouse et mère de famille, est-elle devenue fille-mère (certes vierge) au ciel de nos dévotions ?

Pourquoi ? Permettez que j’esquisse une réponse en une ligne : quand on oublie que Dieu est toute miséricorde et tendresse, que l’on en fait le représentant impitoyable d’une loi d’airain, qu’on le transforme en père noble qui accepte le « sacrifice » de son Fils pour sauver son « honneur » bafoué par le péché, ne nous étonnons pas de nous trouver une tendre mère pour intercéder en notre faveur.

 

La prière de saint Bernard (1090-1153) est certainement la plus claire illustration de mon propos :

Souvenez-vous,

ô très miséricordieuse Vierge Marie, qu'on n'a jamais entendu dire qu'aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection, imploré votre secours et demandé votre intercession, ait été abandonné. Animé de cette confiance, je me réfugie vers vous, ô Vierge des vierges, ô Marie, Mère de Jésus-Christ, je viens à vous, je cours à vous, et, gémissant sous le poids de mes péchés, je me prosterne à vos pieds. O Mère du Verbe éternel, ne rejetez pas mes prières, mais écoutez-les favorablement et daignez les exaucer.

Ainsi soit-il.

 

100 mots pour la foi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dekoij'memèle 11/11/2011 18:07



J'arrive après la bataille...


Merci à Pietro de Paoli pour cet article très sain sur Marie de Nazareth.


Dévotions, supposées apparitions avec leurs lots de "prophéties", statues plus ou moins hideuses, miraculeuses et sucrées, modèle  féminin inaccessible ...tout cela avait fini par me fare
prendre en grippe cette pauvre Marie qui n'y était pour rien...


J'ai toujours trouvé suspecte la quasi mariolâtrie dont font preuve de nombreux clercs ( papes en tête..) qui mettent Marie à "toutes les sauces" mais inventent mille et un arguments pseudo
théologiques pour justifier l'exclusion de toutes les autres femmes...


 



Pietro 06/01/2011 12:56



À vous lire, Fred, je suis une fois encore reconnaissant à la sagesse de mon Église qui canonise les personnes et pas leurs écrits!


Quant à vous, l'ami Bérulle, vous nous aviez épargnés jusque là les commentaires copiés/collés de catéchisme mal mâché. Est-ce que pas hasard vous profiteriez ces petits échanges pour vous
"mariorigondoler"?


De mon côté, cette réponse sera la dernière sur le mot, je sais à quel point Marie génère des hypersensibilités; je ne m'appelle pas Sigmund, ou comme dirait les djeunes: "Quoi, qu'est-ce qu'elle
a ma mère?"


Je reviendrai la semaine prochaine avec, je l'espère quelque "mérite".


 



Fred 06/01/2011 12:34



Pietro ,


Dés l’évangile, Marie fait sa propre promotion puisque  c’est elle-même qui nous  dit que d’une part qu’elle est   « humble servante du Seigneur » et que
d’autre part «  toutes les générations  » lui diront « bienheureuse » .Autrement dit non seulement , elle se canonise elle-même, mais en plus ,elle prophétise son propre culte dans
l’Église . Avouons que c’est gonflé de dire cela.


En réalité si vous trouvez que Marie fait sa propre promotion lorsqu’elle apparait
c’est que vous concevez mal la vertu d’humilité. L’humilité c’est avant tout le sens du réel : cette vision claire de notre œil intérieur par laquelle nous nous
connaissons tels que nous sommes, sans vaine complaisance.Ainsi
dés sur terre Marie était la seule personne consciente qu’elle était humble et qu’elle était comblé de grâce.Et donc vous qui lisez probablement souvent les évangiles ça ne devrait donc pas vous
étonner lorsqu’elle dit par exemple qu’elle est « l’immaculée conception » à Lourdes ou "la Reine du ciel" à Fatima.


Dans son célèbre livre « Traité de la dévotion à la Sainte
Vierge » que je vous conseille vivement  St Louis Marie Grignion de Montfort a l'audace
d'écrire : « C'est par Marie que le salut du monde a commencé, et c'est par Marie qu'il
doit être consommé » . Et dans un autre chapitre il écrit :


« Dieu le Saint-Esprit étant stérile en Dieu,
c'est-à-dire, ne produisant point d'autre personne divine, est devenu fécond par Marie qu'il a épousée (32) : c'est avec elle, en elle et d'elle, qu'il a produit son chef-d'oeuvre qui est
un Dieu fait homme , et qu'il le produit tous les jours jusqu'à la fin du monde (33). Les prédestinés sont les membres du corps de ce chef adorable ; c'est
pourquoi plus il trouve Marie, sa chère et indissoluble épouse, dans une âme, et plus il devient opérant et puissant pour produire Jésus-Christ en cette âme, et cette âme en Jésus-Christ" Et
de rajouter après:    


« Dieu le Fils a communiqué à sa mère tout ce qu'il a
acquis par sa vie et sa mort, ses mérites infinis et ses vertus admirables ; et il l'a faite la trésorière de tout ce que son Père lui a donné en Héritage; c'est par elle qu'il applique ses
mérites à ses membres, qu'il communique ses vertus et distribue ses grâces ; c'est son canal mystérieux ; c'est son aqueduc, par où il fait passer doucement et abondamment ses
miséricordes. »






Berulle 06/01/2011 23:23



Pour ma part, je préfère cet extrait de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus sur Marie.


"Il ne faudrait pas dire des choses invraisemblables ou qu'on ne sait pas. Pour qu'un sermon sur la Sainte Vierge me plaise et me fasse du bien, il faut que je voie sa vie réelle, pas sa vie
supposée ; et je suis sûre que sa vie réelle devait etre toute simple. On la montre inabordable, il faudrait la montrer imitable, faire ressortir ses vertus, dire qu'elle vivait de la foi comme
nous, en donner des preuves par l'Evangile ou nous lisons " Ils ne comprirent pas ce qu'Il leur disait". (J'entre dans la vie. Derniers entretiens)



Lecteur et acolyte 06/01/2011 03:43



Je me souviens de ce qu'un prêtre, curé d'une paroisse, constatant les très nombreuses visites à la statue de Marie, et le peu de visites au tabernacle, avait posé aux pieds de la statue cet
écriteau :


"As-tu été voir mon Fils ?"


Marie


 


Marie mène plus souvent à Jesus si l'on aide ceux qui vont la voir à faire ces quelques pas vers son Fils.


Il est vrai aussi que si nous voulons être fils de Dieu, frère de Jésus, il est bon d'avoir "adopté" sa mère... et son père terrestre. Même si, comme les disciples, elle n'a pas tout compris tout
de suite : nous non plus !


 



Pietro 06/01/2011 01:14



Eh oui, cher Louis, si l'on en croit toutes ces histoires d'apparitions, Marie, ferait elle-même sa promotion. Elle a bien raison, on n'est jamais mieux servi que par soi-même, sauf que pour une
"humble servante du Seigneur", ça manque une peu … d'humilité! Et en plus, grâce à Fred, on apprend qu'on peut l'inscrire au livre des records des dogmes, 4 pour elle tout seule! Qui dit mieux?
Et, il paraît qu'elle apparaît encore pour réclamer un nouveau dogme, le cinquième. Attention, les dogmes, c'est comme une drogue, il y a des risques d'addiction!


Pauvre Marie, pauvre fidèle fille de Galilée, il n'a pas suffit de voir son fils crucifié, il lui faut maintenant subir nos névroses.



Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.