27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 12:15

Je dois avouer que j’ai beau tourner le problème dans tous les sens, je ne vois pas comment - sauf à faire dire aux mots le contraire de ce qu’ils signifient - on peut sauver le concept.

En effet, de quoi s’agit-il ? À l’origine de l’histoire humaine, nos « premiers parents », un homme et une femme, auraient commis une faute de désobéissance (usage abusif de leur liberté) qui aurait causé leur « chute ». Depuis lors, la belle et bonne Création du Bon Dieu en aurait pris un coup, elle se serait corrompue par une sorte de contagion, et par l’effet de cette contagion, tous les humains naitraient marqués par une faute qu’ils n’ont pas commise.

Qu’est-ce qu’on peut comprendre à cette histoire ? S’il s’agit de rendre compte de la présence du mal dans le monde, et de la capacité, et même de la tendance de tout être humain à se laisser aller au mal, il suffit de parler de « péché du monde ». Pourquoi en imputer la responsabilité à d’hypothétiques premiers humains dont on est en droit de se demander si leur toute jeune conscience était réellement éclairée ? Et qui est ce Dieu qui ressemble à Barbe-Bleue : « tu ne mangeras pas de ce fruit », « tu n’ouvriras pas cette porte… »?

Non, résolument cette histoire n’a pas de sens…

Enfin, elle n’a pas de sens si, ainsi que la doctrine catholique le prétend, il faut poser ce « péché » de façon « historique ».

En revanche, si cette histoire est métaphorique de celle de chaque humain, alors, elle commence à fonctionner. En effet, qui pourrait nier que chaque enfant qui naît est hélas, mille fois hélas, contaminé par le péché qui le précède. Nul n’en est indemne. Aucun parent, si saint soit-il ne peut espérer, par ses propres forces, préserver son enfant du péché et du mal.

Si le péché « originel » est celui que nous n’avons pas commis nous-même mais qui nous contamine dès nos premières bouffées d’air aspirées, alors, cela prend sens. Oui, mon histoire dès l’origine est marquée par le mal et le péché, à « l’insu de mon plein gré », d’abord, puis très vite avec ma connivence.

Il reste que si nous voulons être compréhensibles dans le monde tel qu’il est, et auprès de générations qui sont familières des dinosaures, des Pithécanthropes, des Homo Erectus, Néandertaliens et autres, nous devrions éviter d’employer des mots et des concepts qui leur semblent aussi ridicules qu’incompréhensibles.

Il y a un mystère du mal que chaque être humain doit affronter en ce qu’il en est à la fois victime, complice, voire, trop souvent acteur. La Bonne Nouvelle chrétienne c’est que nous ne sommes pas sans recours, que nous croyons que le Dieu bon et miséricordieux pour qui chaque humain compte nous donne la force de ne pas succomber au mal, nous relève sans relâche, et nous promet que son acte créateur s’accomplit ultimement dans la victoire définitive sur le mal. Si Dieu regardant sa Création voit que cela est bon, c’est parce qu’il voit loin.

Et il me semble que cette Bonne Nouvelle se passe très bien des fables originelles qui déjà font hausser les épaules aux gosses de huit ans.

 

Cette fois, la citation du Catéchisme de l’Église catholique illustre l’impasse que je décris ci-dessus.

CEC §390 : Le récit de la chute (Gn 3) utilise un langage imagé, mais il affirme un événement primordial, un fait qui a eu lieu au commencement de l’histoire de l’homme (cf. GS 13, § 1). La Révélation nous donne la certitude de foi que toute l’histoire humaine est marquée par la faute originelle librement commise par nos premiers parents (cf. Cc. Trente : DS 1513 ; Pie XII : DS 3897 ; Paul VI, discours 11 juillet 1966). 

Partager cet article

commentaires

Philippe Lestang 28/02/2012


Eh oui! Quand l'Eglise acceptera-t-elle ce que même certains biblistes évangéliques américains disent (Scot McKnight "The blue Parakeet", Peter Enns "The evolution of Adam")!

Je sors un livre portant notamment sur cette question au mois de mai: "Le fait Jésus" (éditions Actes Sud)

xavier 04/03/2012


Très certainement un des concepts les plus difficiles, voire impossible à expliciter lorsque nous sommes interpellés par des croyants en devenir ou des non croyants.


J'aime cette explication libératrice qui replace le concept au coeur de notre expérience individuelle, plutôt que dans une logique de faute collective. Péché originel d'autant plus difficile à
concevoir que nous sommes tous appelés à en être libéré par l'Amour divin, et le Pardon qu'il nous renouvelle sans compter.


Comme souvent avec l'ancien testament, il faut chercher la symbolique et ne surtout pas limiter notre interprétation au sens premier des mots, au risque de n'avoir de Dieu qu'une vision
autoritaire et sacrificiel (cf aussi le sacrifice d'Isaac par Abraham), là où le message n'est qu'Amour libérateur et promesse des Dons.


Merci Pietro de cette invitation à découvrir cet ABC, dont la simplicité (apparente) n'a d'égal que sa profondeur. Je remonte les semaines et les 100 mots avec bonheur. Xavier

Xavier 05/04/2012


En relisant cette réflexion et le texte de la genèse, il m'est venu une interprétation quelque peu différente, que je me permets de soumettre à votre relecture.


Et si le Péché originel n'était pas un péché, mais l'expression métaphorique de la conscience qui nous a été donnée par le Créateur. L'Homme créé à l'image de Dieu, n'est pas que simple matière,
il a un esprit (représenté symboliquement par l'arbre de la connaissance). Dès lors contrairement aux animaux, nous sommes conscients de notre finitude et c'est cela qui nous fait souffrir.


Le reste en découle. Nous sommes chassés symboliquement du paradis terreste, puisque conscient de la mort et avec elle de la souffrance du monde. C'est de cette souffrance (péché) dont nous avons
conscience depuis notre origine (originel) que Dieu nous délivre en nous offrant son Fils et avec lui la Vie éternelle (expiation des péchés du monde).


Depuis l'origine, Dieu nous a voulu libre, mais pas malheureux. Nul jugement dans ce texte métaphorique mais simplement un constat de ce que nous sommes, des hommes libres et conscients. Dieu
n'est qu'Amour pour sa création, il nous le dira dès Abraham dans ce "soyez bénis" quelques versets plus tard.


Le concept est mort, mais l'Homme est sauvé ! Votre avis ?

Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog