Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 18:11

Laisser libre la Parole sans avoir à se poser la question de qui parle est visiblement un choix en vogue sur Facebook et sur le web en général. Desiderius est né le 12 novembre sur le réseau social et sa parole y est quotidienne. Ce matin il poursuivait mon interrogation par ce commentaire qu'il m'a permis de reproduire sur ce blog pour ceux qui ne seraient pas sur FB. Je l'en remercie et souhaite vivement que le dialogue entammé perdure.


Dans La Croix, Mgr Gianfranco Ravasi commente la prochaine rencontre du pape avec près de trois cents artistes contemporains à la Chapelle sixtine (http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2401361&rubId=4079). L'entretien qu'il a accordé à Frédéric Mounier commence par un propos inquiétant, même si par la suite, le prélat se montre plus ouvert.
Il dit ceci: "On peut vraiment parler de divorce avec l'Eglise. Car l'art contemporain semble pour une grande part avoir exploré toutes les voies de la déconstruction, du nihilisme, pour nous amener à l'inconsistance de l'être, démontrant que plus rien ne vaut rien, jouant de la provocation sur l'absence de sens de notre réalité. Mais affronté à cet itinéraire, ce même art se trouve automatiquement en passe de se détruire, car l'objectif ultime ne peut-être que le silence de la mort du suicide."
Une telle déclaration appelle plusieurs remarques. Je commencerai par renvoyer à ce que viens d'écrire Pierre de Berulle sur son blog (http://berulle.over-blog.com/article-l-eglise-et-l-art-contemporain-un-pavillon-a-la-biennale-de-venise-2011--39505417.html).
J'ajouterais qu'il est sans doute dommage que Mgr Ravasi n'ait pas lu le philosophe français Jean-Luc Nancy et notamment son remarquable livre intitulé La Déclosion, dans lequel celui ci montre que, si déconstruction il y a, c'est sans doute d'abord dans le christianisme qu'il faut la chercher, puisque la foi chrétienne fait éclater les systèmes de sens dans lequel l'homme tend à s'enfermer. Il s'agit précisément d'ouvrir sur un espace non clos, un espace de l'absence au sens du retrait de ce qui clos le sens, de l'absence comme Dieu se fait absent pour laisser place à l'homme, il s'agit de se tenir au bord de l'indicible, de l'imprononçable, de l'indéterminé... Ce qui rappelle ou renvoie à l'expérience de Moïse au désert, d'Elie à l'Horeb...

Ce qu'explorent les artistes contemporains, c'est sans doute ce point singulier de la foi, laissé comme en déshérance par le discours "officiel" de l'Eglise - pas par les mystiques, évidemment, ni par les chrétiens qui s'efforcent d'être dans le monde sans être du monde, sans sécuriser leur rapport au monde par des jugements préalables...
Je renverrais également au petit livre publié par Pierre et Arnaud Cornette de Saint Cyr "Profitez-en l'Art est encore en vente libre", où il est expliqué simplement ce qui est en jeu dans l'art contemporain. On y verra à quel point les questions metaphysiques, et en arrière fond la Bible, consciemment ou non, sont présente dans des oeuvres souvent dénoncées comme provocatrices et débouchant sur le néant.
Si décrié, l'art contemporain se fraie cependant un chemin étonnant. Les manifestations qui l'accueillent se multiplient, la fréquentation des expositions ou de foire comme la Fiac montre que le public est beaucoup moins réticent qu'on ne le dit et qu'il accepte d'être surpris. Ne disons pas tout de suite que c'est une mode. Cela me semble bien plus que cela: puisque les religions "classiques" ne se risquent plus à faire face à l'indicible, puisqu'elles se replient sur le rite, et d'une manière passéiste, nos contemporains cherchent des lieux qui leur permettent de se tenir au point qui est celui de l'ouverture, de l'interrogation, de la mise en route d'un sens qui n'est pas déterminé d'avance. C'est en fait un formidable désir de vivre qui se manifeste, comme si le monde avait plus que jamais envie d'entendre l'appel qui retenti en Abraham : "lève toi et pars vers..." On peut le constater en visitant l'admirable et bouleversante exposition Deadline au Musée d'art moderne de la ville de Paris, où sont montrées les dernières oeuvres d'artistes qui faisaient face à leur mort prochaine (Hartung, Chen Zhen, De Kooning, Mapplethorpe, Joan Mitchell...)
Sera-t-il question de ceci lors de la rencontre du pape avec les artistes. Commencera-t-il pas les écouter?

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.