Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 00:00

Par-dessus l'horizon aux collines brunies,
Le soleil, cette fleur des splendeurs infinies,
Se penchait sur la terre à l'heure du couchant ;
Une humble marguerite, éclose au bord d'un champ,
Sur un mur gris, croulant parmi l'avoine folle,
Blanche épanouissait sa candide auréole ;
Et la petite fleur, par-dessus le vieux mur,
Regardait fixement, dans l'éternel azur,
Le grand astre épanchant sa lumière immortelle.
«Et, moi, j'ai des rayons aussi !» lui disait-elle.
 

Victor HUGO, Unité, Les contemplations  


Et si la première chose à faire, comme cette petite marguerite, c’était de nous persuader qu’entre Dieu et nous il y a quelque chose de commun. Dieu n’est pas le tout Autre, s’il l’était, il ne nous importerait pas. Penché sur la terre, il nous illumine de sa Grâce attendant que nous prenions conscience que nous aussi, comme la marguerite, nous avons des rayons et qu’ils peuvent illuminer le monde. Malgré notre faiblesse, la blancheur dont Dieu nous a revêtu au baptême est une lumière pour nos frères et pour nos soeurs.

 

L’unité commence peut-être là. Car sans cette conviction, sans cette reconnaissance que quelque chose de Dieu, si imparfait que nous soyons, habite en nous, nous unit à lui, nous ne trouverons jamais ni la force, ni les mots, ni les actes qui nous permettront d’être témoin de son amour.

 

Fort de cette conviction, le regard fixé sur lui, nous pourrons nous aussi regarder par-dessus les vieux murs des divisions passées et présentes.

Fort de cette conviction, le regard fixé sur lui, nous pourrons nous aussi nous tenir droit parmi l’avoine folle et témoigner dans l’éternel azur de son amour qu’Il ne cesse de se pencher sur le monde pour l’inonder de sa lumière.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cochonfucius 10/01/2014 11:05


La plume de Victor n'est jamais démunie,
Sa réserve de mots est de taille infinie.
Il se fait des récits, le soir, en se couchant ;
Il gagne du savoir auprès des fleurs des champs.
Sa profonde sagesse est parfois un peu folle
Et son grave maintien de rire s'auréole.
La carpe en son bassin, le lézard sur le mur
Et le doux martinet, habitant de l'azur,
Sur ce noble vieillard aiment prendre modèle,
Car au Cosmos, comme eux, ce grand homme est fidèle.


 

Gladys Bastiaenssens. 22/01/2010 12:16


C'est juste mais comme il est aussi dit sur le blog http://erasme.over-blog.fr du 22 janvier. Il faut aussi accepter de ne pouvoir aider car les voies
deDieu sont impénétrables.
Je consulte régulièrement votre blog ains i que celui d'Erasme et je les apprécie dans la recherche spirituelle.


Berulle 26/01/2010 00:13


Merci de votre commentaire et de l'intérêt que vous portez à ce blog ainsi qu'à celui d'Erasme. Il est vrai que nous ne sommes pas toujours aptes à aider là où nous le souhaiterions. Mais nous
avons tous une place à prendre dans l'annonce de la Bone Nouvelle pour les hommes et pour les femmes de notre temps. Ces actions peuvent nous paraître, à notre image, bien faibles et parfois bien
inapropriées, mais animées par l'Esprit, elles ont souvent des conséquences que nous ne saurions imaginées.
Fraternellement, P.


Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.