Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 12:43

 

« Et l'on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »

 

Les vitres de nos fenêtres sont tellement sales que la lumière que nous gardons jalousement n’éclaire plus le monde. Certes nous l’avons mise sur le lampadaire pour qu’elle éclaire notre maison, l’Eglise, mais pour, soi-disant en assurer la pureté, nous avons tellement orné le lampadaire que la lumière ne brille plus que pour ceux qui savent que derrière les ornements il y a cette pure lumière.

 

Mais qui sommes nous pour croire que nous pouvons assurer la pureté de Dieu. Est-ce là la mission que Dieu nous a confiée ? Dieu nous a-t-il demandé de retisser le rideau du Temple pour le protéger ? Non, il nous a demandé de porter cette lumière aux nations, d’en faire un phare pour tous les hommes et toutes les femmes. Le Christ est-il resté caché au milieu de ces disciples ? Non, il s’est exposé au monde, jusqu’à faire briller sa lumière sur le lampadaire de la Croix.

 

L’évangile de ce jour est la suite immédiate des Béatitudes que nous avons lues dimanche dernier. Ces deux textes sont l’introduction au grand discours sur la Montagne de Jésus. Il n’y a pas de vie en Dieu, de vie avec Dieu, qui ne soit pas missionnaire. Il n’y a pas de pureté qui ne se risque à la contradiction et à la liberté des hommes et des femmes avec lesquels nous vivons. Notre position n’est pas facile, comme Paul nous sommes dans la faiblesse, craintifs et tous tremblants. Mais c’est dans cette position que Dieu nous rend fort, non quand nous sommes forts et sûrs de nous.

 

En souhaitant ouvrir les fenêtres de l’Eglise, Jean XXIII et le deuxième concile du Vatican ont souhaité que l’Eglise reprenne son dialogue missionnaire avec le monde mais également avec elle-même. Un dialogue missionnaire qui soit fondé sur le Christ lumière du monde, ce Christ qui doit éclairer le monde mais également nos pratiques. En signant leur pétition intitulée "Eglise 2011: un renouveau indispensable", les 140 théologiens allemands, suisses et autrichiens, font leur devoir. Celui de questionner l’Eglise au nom du Christ. Tout ce qu’ils demandent n’est peut être pas à faire, mais leur questionnement de fond est celui qui doit mener l’Eglise : comment rester fidèles à la mission qui nous a été confiée. Nous sommes perçus, et je ne crois pas totalement à tort, comme une institution et non plus comme le peuple des disciples du Christ. Nous avons créé un langage, une sagesse qui veut convaincre, où,  finalement, le Christ est devenu un argument alors qu’il devrait être l’unique objet de nos pensées, l’unique intérêt de nos cœurs. Ecoutons Paul !

 

Les frileux de Dieu ont crié et continuent de crier qu’il fallait vite refermer ces fenêtre car il y avait des courants d’air et que l’Eglise allait tomber malade. La belle affaire ! Nous célébrons Jésus Christ, ce Messie crucifié pour avoir dialogué avec le monde, pour avoir annoncé la merveilleuse promesse de Dieu au monde, et nous aurions l’outrecuidance d’avoir peur d’un rhume ou d’une bronchite ? Qu’importe si ces courants d’air font valser quelques unes des pages humaines écrites par notre Eglise depuis 2000 ans. Peut-être nous permettront-ils de remettre la main sur quelques pages de la Parole de Dieu que nous avons égarées depuis trop longtemps. En nous focalisant sur les pages humaines au point d’oublier celles de l’Evangile, nous dénaturons les unes comme les autres. « Vous êtes le sel de la terre. Si le sel se dénature, comment redeviendra-t-il du sel ? Il n'est plus bon à rien : on le jette dehors et les gens le piétinent. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. »

 

Ne soyons pas obnubilés par la pureté de l’institution et de son discours ! Mais soyons toujours inquiets de Dieu et de notre prochain dans lequel nous reconnaissons Jésus-Christ lui-même. « Partage ton pain avec celui qui a faim, recueille chez toi le malheureux sans abri, couvre celui que tu verras sans vêtement, ne te dérobe pas à ton semblable. Alors ta lumière jaillira comme l'aurore, et tes forces reviendront rapidement. Ta justice marchera devant toi, et la gloire du Seigneur t'accompagnera. Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : « Me voici. » Si tu fais disparaître de ton pays le joug, le geste de menace, la parole malfaisante, si tu donnes de bon coeur à celui qui a faim, et si tu combles les désirs du malheureux, ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera comme la lumière de midi. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Berulle - dans Spiritualité
commenter cet article

commentaires

Arnaud de Laportalière 06/02/2011 15:30



"Elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison".


Il me semble que "la maison" dont Jésus parle est plus grande que l'Eglise... La maison des hommes, le monde, c'est là que la lumière a sa place, comme vous le montrez plus loin.



Berulle 06/02/2011 20:20



Bonsoir et merci de votre commentaire. J'aurais tendance à vous donner raison. Et le sens final est bien pour moi que la lumière doit briller pour le monde entier ("De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux."). Ce qui va dans votre
sens, je pense c'est la première phrase : "Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée." Mais je ne peux assurer que la maison soit le monde comme je ne peux assurer qu'elle soit l'Eglise (La ville et la maison pourraient être l'Eglise). Je choisis donc la plus petite
partie des deux. Mais cela ne change pas mon propos général.



Janic Vuillemin 05/02/2011 23:31



Bravo, bravo, Sortons de nos églises et n'hésitons pas à proclamer la "Bonne Nouvelle" et non pas des catastrophes. Que l'Espérance nous habite elle nous rendra fort


Merci



Louis JACOB 05/02/2011 21:44



Trois idées à retenir et … à transmettre :


Le Christ est-il resté caché au milieu de ses disciples ? 


- Non, il s’est exposé au monde, jusqu’à faire briller sa lumière sur le lampadaire de la Croix.


 


- (pas) de vie avec Dieu, qui ne soit pas missionnaire.


 


- Nous sommes perçus, […,] comme une institution et non plus comme le peuple des disciples du Christ.


— vérifié une fois de plus, avant-hier, dans un entretien au cours du porte-à-porte hebdomadaire.



Pépère 05/02/2011 20:45



Est-ce que Bérulle - l'auteur de ce blog - partage son pain avec celui qui a faim, accueille chez lui le malheureux sans abri et couvre celui qui est sans vêtement? 


J'aimerais bien avoir le texte (en français) des 140 théologiens.



Berulle 05/02/2011 20:56



Cher Pépère, si vous avez faim venez dîner, si vous manquez d'un toit, je me ferais un plaisir de vous aider et si vous êtes sans vêtements, donnez moi votre adresse, je vous ferai livrer de quoi
vou vêtir. Pour ce qui concerne les malheureux... ce que je fais pour eux concerne je crois que Dieu et peut-être mon confesseur.


Pour votre autre demande, voici le lien :


http://www.temoignagechretien.fr/ARTICLES/Religion/Le-manifeste-des-theologiens-allemands/Default-4-2394.xhtml


Avec toute mon amitié, B.



Présentation

  • : Le blog de Berulle
  • Le blog de Berulle
  • : Art, culture, religion, société. Le blog d'un catho libre de ses propos.
  • Contact

Pietro de Paoli chaque lundi

L'auteur de Vatican 2035 et de Dans la peau d'un évêque participe au blog en livrant chaque lundi un de ses "100 mots pour la foi".

Recherche

Pierre de Berulle sur Facebook

Retrouver Pierre de Berulle sur Facebook ainsi que le groupe Fraternité Pierre de Berulle

Commentaires

N'oubliez pas de laisser vos commentaires pour faire vivre ce blog et de le recommander à vos amis !
Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles.